Accord Opep-nonOpep: un niveau de conformité record de 129% en décembre

  L'Organisation des pays exportateurs du pétrole (Opep) et ses partenaires ont atteint en décembre "un niveau de conformité record" de 129%, avec leurs ajustements de production volontaires, a indiqué dimanche l'Organisation sur son site web. Le Comité ministériel conjoint de suivi de l'accord Opep- non-Opep (JMMC),qui s'est réuni dimanche à Mascate (Sultanat d'Oman), pour sa 7ème réunion, a annoncé que,  "Pour le mois de décembre 2017, l'Opep et les producteurs non membres ont atteint un niveau de conformité record de 129%, le plus élevé depuis le début de la déclaration de coopération, après avoir enregistré d'excellentes performances au cours des derniers mois". Le JMMC qui regroupe l'Algérie, le Koweit, le Venezuela, la Russie et Oman a également précisé que "le niveau de conformité moyen mensuel pour la première année de la déclaration de coopération a été remarquable de 107%". "Les niveaux de conformité ont augmenté sur une base mensuelle, passant de 87% en janvier 2017  au niveau actuel exceptionnel. Une fois de plus, la volonté inébranlable des pays participants de rééquilibrer le marché a été amplement démontrée", selon le JMMC. Le Comité  s'est déclaré "satisfait des résultats globaux et a exhorté tous les pays participants à poursuivre et, dans la mesure du possible, à intensifier leurs efforts collectifs et individuels, dans l'intérêt de la stabilité du marché pétrolier". Le JMMC a aussi affirmé qu'il "s'efforcera de maintenir ou de dépasser la conformité totale de tous les pays participants tout au long de l'année 2018". Il a d'autre part noté avec satisfaction que le marché avait réagi positivement aux actions concertées des pays participants, au bénéfice des producteurs, des consommateurs et de l'économie mondiale. "Des données récentes ont confirmé que la croissance de la demande mondiale de pétrole se poursuivra sur une trajectoire positive en 2018, soutenue par la solide performance de l'économie mondiale", souligne le JMMC. De son côté, l'Arabie saoudite a appelé dimanche à une coopération à long terme, "au delà de 2018", entre les pays de l'Opep et ceux non membres du cartel comme la Russie, après un premier accord ayant permis de faire remonter les prix du brut. "Nous ne devons pas limiter nos efforts (à des quotas de production) en 2018. Nous devons parler d'un cadre pour notre coopération à plus long terme", a plaidé le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh lors d'une réunion à Mascate des signataires de l'accord de 2016. Il s'agit de "prolonger au delà de 2018 le cadre que nous avons établi, c'est-à-dire la déclaration de coopération" entre pays producteurs de l'OPEP et pays non membres du cartel, a-t-il ajouté. C'est la première fois que Ryad appelle explicitement à une extension de l'accord sur les quotas de production avec les pays non OPEP. "Après 2018, je prévois que l'amélioration se poursuivra. Nous continuerons de coopérer via ces mécanismes d'action conjoints entre pays (membres et non membres de l'OPEP) pour empêcher les fortes fluctuations ayant conduit à l'engorgement d'avant", a déclaré M. Faleh dans une conférence de presse après la réunion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *