Air Algérie annonce des mesures administratives contre les personnes qui ont incité à la grève

Des "mesures administratives" ont été prises par la compagnie aérienne Air Algérie contre sept (7) personnes qui avaient incité à la grève du personnel navigant commercial lundi dernier, a indiqué jeudi à l'APS, le directeur de la division des affaires générales de la compagnie nationale, Reda Toubal Seghir. Ces mesures sont venues ''à la suite du mouvement de grève déclenchée le 22 janvier 2018 et déclarée illégale par la justice" avait précisé le même responsable. Selon M. Reda Toubal Seghir "ces mesures touchent les personnes qui ont incité à cette grève et qui sont au nombre de sept (7)". Précisant à ce propos,  que la compagnie aérienne Air Algérie a procédé "à la suspension de la relation de travail de ces 7 personnes en attendant que la justice se prononce". Saisie par la direction d'Air Algérie, la Cour d'Alger -Tribunal de Dar El-Beida- avait déclaré, lundi dernier, "illégale" la grève du personnel navigant commercial d'Air Algérie en vertu d'un jugement en référé.    Le jugement rendu avait fait obligation au personnel gréviste de ne pas entraver le fonctionnement des services de la compagnie. Ce jugement était intervenu suite à l'action en justice introduite par Air Algérie auprès du tribunal territorialement compétent de Dar El Beida. Le personnel navigant commercial d'Air Algérie avait observé une grève sans préavis pour revendiquer plusieurs points dont la révision de la grille des salaires. En raison de ce débrayage, plusieurs vols internationaux et nationaux de la compagnie aérienne nationale avaient été retardés. Mardi dernier, le directeur de la Division commerciale de cette compagnie aérienne, Zohir Houaoui, avait expliqué, dans une émission de la radio nationale, que la situation financière d'Air Algérie est "fragile" vu les charges de cette entreprise liées notamment à la masse salariale qui devrait se situer entre 18% et 20% des charges, ainsi qu'aux coûts d'exploitation relatifs à la maintenance et au carburant. Au sujet de la grève du personnel navigant commercial observée lundi dernier pour revendiquer des augmentations salariales, il a rappelé qu’un accord prévoyant cette augmentation des salaires avait, certes, été conclu avec les membres de cette profession il y a une année, et que cet accord n’est pas remis en cause mais qu’il s’agit seulement d’un gel factuel . A la question d'une éventuelle révision de la grille des salaires, M. Houaoui a affirmé que cette revendication ne pourrait pas se concrétiser dans le contexte actuel du fait des équilibres financiers fragiles de l'entreprise. Air Algérie "n'est pas dans la capacité de pouvoir assurer cette augmentation salariale au détriment de son équilibre financier", a-t-il fait valoir en ajoutant que la compagnie se trouve dans une situation "difficile" dans le sens où elle ne pourrait pas se permettre de pouvoir assurer une telle révision des salaires. Mais une fois que la situation financière s'améliorera, a-t-il soutenu, l'entreprise prendra en charge cette revendication soulevée par le personnel. Selon lui, les 9.000 employés d’Air Algérie, dont le personnel navigant, avait déjà été informé des contraintes financières auxquelles fait face Air Algérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *