Aramco confirme une introduction en Bourse en 2018

Le géant pétrolier saoudien Aramco a confirmé lundi son projet d'introduction en Bourse au deuxième semestre de 2018. Présentée comme la plus grosse introduction en Bourse du monde, la vente de 5% d'Aramco constitue la pierre angulaire d'un ambitieux plan de réforme initié par le prince héritier Mohammed ben Salmane pour réduire la dépendance de l'économie saoudienne au pétrole. Selon AFP, elle devrait générer d'importants revenus --jusqu'à 100 milliards de dollars pour le royaume. Une aubaine pour ce pays du Golfe qui a enregistré d'énormes déficits budgétaires et vu ses réserves financières fondre depuis la chute à la mi-2014 du prix de l'or noir. La privatisation partielle d'Aramco avait été annoncée en grande pompe l'année dernière lorsque le prince Mohammed avait présenté son plan "Vision 2030" pour transformer l'économie saoudienne. "Nous avons toujours dit que nous allions procéder à cette introduction en 2018, et plus précisément dans la seconde moitié de 2018", a déclaré le PDG d'Aramco Amin Nasser dans une interview diffusée lundi par la chaîne de télévision CNBC, démentant des informations sur un possible report de cette ouverture de capital. "L'offre publique de vente est sur la bonne voie. Le lieu de l'introduction sera discuté et annoncé en temps voulu", a précisé M. Nasser, démentant toute négociation avec des investisseurs chinois ou d'autres pour vendre directement des parts d'Aramco. Le milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal, qui est considéré comme un gros investisseur, a préconisé une privatisation plus poussée d'Aramco. "Si on y va pour 5%, rien ne nous empêche d'aller à 5% de plus l'an prochain et 5% encore la troisième et la quatrième année, et ainsi de suite, en fonction de la situation", a-t-il dit.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *