Baisse de la valeur des exportations de fertilisants

La baisse des cours du brut sur les marchés internationaux a induit des effets qui vont au-delà de la baisse des recettes issues de l’exportation des hydrocarbures. Celle-ci met à mal l’industrie pétrochimique en Algérie. Le fait est que si la production des unités de fertilisants augmente crescendo, les recettes issues de l’exportation de ces produits ne font que décliner. C’est le cas de l’unité Sorfert d’Arzew. Fruit d’un partenariat entre Sonatrach et Orascom Industries, l’unité a, dès sa mise en service, dopé les exportations hors hydrocarbures. Celle-ci a même contribué à multiplier les ventes de l’Algérie en Ammoniac et en urée sur les marchés internationaux et s’est placée en tant que second pourvoyeur du pays en devises après la Sonatrach. Or, la tendance s’est inversée cette année. Le Président directeur général de Sorfert, M. Mohamed Muhammed Asif a indiqué, lors d’une rencontre avec la presse aujourd’hui que les recettes de l’entreprise sont en baisse. Selon l’APS, les recettes en devises de l’entreprise sont passées de 500 millions de dollars en 2015 à 480 millions de dollars cette année. Selon le P-DG de Sorfert, cette régression est due à la baisse des prix de ces produits sur le marché mondial, affectés par l’instabilité que connaissent les marchés pétroliers et gaziers. Il indiquera que « pour faire face à cette baisse des prix des deux matières que nous produisons, estimée à environ 50 %, nous avons augmenté le volume de nos exportations afin de compenser la valeur perdue et permettre à notre complexe de passer à l’exploitation de plus de 90% de ses capacités ». Même si l’entreprise conserve sa place en tant que pourvoyeur de devises, un programme de développement en cours, dans l’objectif d’exploiter les unités à pleine capacité. Le premier responsable de l’entreprise a dans ce sens expliqué que « pour l’année 2017, nous allons passer à l’exploitation de l’entière capacité du complexe, de deux unités d’ammoniac avec une capacité de 2.200 tonnes métriques par jour et une unité d’urée en granulés de 3.540 tonnes métriques par jour ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *