Balance des services : les bureaux d’étude étrangers creusent le déficit

  La légère reprise des cours du brut ainsi que les différentes mesures prises pour freiner l’envolée de la facture à l’import ont permis de réduire le déficit de la balance des paiements.  Une situation qui ne devrait cependant pas pousser à trop d’optimisme, dans la mesure où si le gouvernement arrive tant bien que mal à juguler le flux de biens importées, côté importation de services c’est l’envolée. Une facture alimentée par les prestations des bureaux d’études étrangers dans le cadre de chantiers de construction d’infrastructures, autoroutières notamment et dont la facture a augmenté de 153 % en une année. Le Gouverneur de la Banque d’Algérie, M. Mohamed Loukal, vient de jeter un pavé dans la marre en révélant, dans une interview à l’APS, certains des grands agrégats du Commerce extérieur. Celui-ci indique le solde global de la balance des paiements de l’Algérie a affiché un déficit de 11,06 milliards de dollars au 1er semestre 2017 contre un déficit de 14,61 milliards de dollars au même semestre de 2016 et de 11,42 milliards de dollars au 2ème semestre 2016. Une baisse résultant notamment de du recul du déficit de la balance commercial.  Toutefois, le premier responsable de l’autorité monétaire a avoué qu’à contrario, le déficit de la balance n’a fait que se creuser. Selon M. Loukal,  celui-ci a atteint 4,47 milliards de dollars au 1er semestre 2017 contre 3,84 milliards de dollars au même semestre de 2016  et déficit de 3,5 milliards de dollars au 2e semestre 2016. Une hausse que le gouverneur justifie par l’augmentation « des importations des services construction, notamment ceux liés aux infrastructures autoroutières, et ce, de l’ordre de 153% par rapport au 1er semestre de 2016. Facture à laquelle il faudra ajouter les prestations par les armateurs étrangers pour ce qui est du transport de marchandises importées, et les surestaries qui en découlent parfois, ainsi que la note des assurances à l’international. Pour ce qui est de la balance commerciale, M. Loukal précise que le déficit est passé de 12,05 milliards de dollars au premier semestre de 2016 à 7,82 milliards de dollars durant la même période de 2017. Le déficit des revenus des facteurs a reculé à 1,23 milliard de dollars contre 1,31 milliard de dollars. Le Poste revenus des facteurs comprend, entre autres, les bénéfices rapatriés vers l'extérieur par les entreprises étrangères activant en  Algérie, les bénéfices réalisés par les sociétés algériennes à  l'étranger... Quant à l’excédent du poste transferts nets (dons, retraites et pensions...), il s’est élevé à 1,48 milliard de dollars, en hausse de 7,01% par rapport au 1er semestre 2016 et de 2,8% par rapport au 2ème semestre 2016. Ainsi, le déficit du compte courant de la balance des paiements s’est accru de 5,1% au 1er  semestre de 2017 pour s’élever à 12,03  milliard de dollars , contre un déficit de 14,77 milliard de dollars au 1er semestre 2016 Le solde du compte courant de la balance des paiements comprend les soldes, respectivement, de la balance commerciale des marchandises, du nPoste des services hors revenus des facteurs et du poste revenus des facteurs ainsi que des transferts nets.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *