Benmeradi: « les importations sont plus en plus suspectes »

  Le ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi, a indiqué lundi lors d'un panel sur le commerce et les services organisé, en marge de la 26ème Foire de la production algérienne, que les opérations d’importations sont souvent « suspectes ». Le ministre qui a évoqué le phénomène de surfacturation des importations a dit : « Je ne vais pas jeter un pavé dans la mare, mais les opérations d'importations sont très souvent et de plus en plus suspectes. Nous observons et nous sommes certains qu'il y a un phénomène de surfacturation. Je ne peux vous dire quel est son niveau mais nous y  travaillons avec des institutions internationales pour essayer de maîtriser  son ampleur ». Le ministre a aussi expliqué que « le problème de l'économie nationale est lié aux importations. Le taux d'ouverture de l'économie nationale, qui traduit l'ensemble de ses échanges, est supérieur à 60% car, malheureusement, nous importons beaucoup ». De ce fait, il a considéré que le pays devrait soit diversifier ses exportations, soit limiter, dans une première étape, ses importations. C'est que même la production nationale est, aujourd'hui, trop dépendante de l'importation du fait qu'elle est à forte composante d'intrants importés, a-t-il observé. A ce propos, il a relevé qu'au début de la crise financière engendrée par la chute des cours pétroliers depuis juin 2014, les premières mesures prises par les pouvoirs publics en vue d'endiguer les importations étaient d'ordre monétaire en agissant sur la valeur du dinar qui avait glissé de 20%. Mais, a-t-il poursuivi, "la manipulation outre mesure de l'instrument monétaire n'est toujours pas d'un effet positif sur l'ensemble de l'économie d'un pays". C'est pourquoi, a-t-il expliqué, le gouvernement a mis en place, dans une deuxième étape, des dispositifs de régulation des importations en 2016 à  travers les licences d'importation pour certains produits. Néanmoins, a constaté M. Benmerradi, si ce système de licence a permis une baisse des importations des produits concernés, il y a eu, cependant, "un phénomène de déplacement des opérations d'importations vers d'autres postes", qui s'est traduit par une faible baisse des importations par rapport à ce qui était escompté. L'évaluation qui peut être faite sur ce dispositif à la fin de l'année 2017 est que tout en essayant, au niveau du ministère du Commerce, de mettre en place le système le plus transparent possible, "il a été très critiqué parce que cela a parfois entraîné des pénuries et a créé certainement des hausses de prix", a admis le ministre.
 
Balance des paiements : un déficit de 15 milliards de dollars en 2017
Selon ses pronostics, l'année 2017 devrait clôturer avec un déficit commercial de 10 milliards de dollars et, probablement, avec un déficit de la balance des paiements de l'ordre de 15 milliards de dollars. Dans ce sens, il a rappelé les mesures prises récemment avec la suspension d'importation de 851 produits dès 2018 ainsi que les mesures fiscales et douanières prévues par la loi de finances 2018 pour contenir les importations. Sur ce point, il a fait savoir que la décision de suspension d'importation des 851 produits a été prise après que le gouvernement eut été persuadé que la production nationale pourrait les compenser. Selon lui, il s'agit de "mesures extrêmement urgentes, et nous travaillons à une stratégie à l'export puisqu'il faut à tout prix que la production  nationale puisse parvenir à remplacer les importations". La liste des 851 produits se compose de 401 produits agricoles et de 450 produits industriels qui ont été importés pour 1,5 milliard de dollars en  2017. Dans une déclaration à la presse faite en marge de cette rencontre, le ministre a indiqué que le décret portant la suspension d'importation des 851 produits serait signé par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, après la signature de la Loi de Finances 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *