Biopharm : hausse de plus de 51 % des dividendes versés aux actionnaires

    Le groupe pharmaceutique Biopharm affiche de solides résultats avec une croissance de près de 4 % du chiffre d’affaires en 2017. Le groupe coté au DzairIndex de la Bourse d’Alger, vient de publier son rapport annuel de gestion (à consulter sur le lien suivant : http://biopharmdz.com/images/Rapport_Annuel_de_Gestion_2017.pdf ), et qui met en avant des résultats positifs malgré un environnement économique et réglementaire difficile. Biopharm a ainsi affiché un chiffres d’affaires de 58,6 milliards de dinars en en 2017, en hausse de 3,9 % par rapport à l’exercice 2016, pour un résultat opérationnel de 8,3 milliards de dinars  en hausse de 13,4 %. Le bénéfice par action s’est donc établi à 253 DA, soit une augmentation de 17,2 %.  Le groupe affiche également un taux appréciable en terme de rendement sur fonds propres à 23,1 %, lequel affiche néanmoins, un léger déclin par rapport à 2016. Des résultats qui ont permis à l’assemblée générale de Biopharm de distribuer aux actionnaires des dividendes de l’ordre de 100 DA par action. Ce qui représente une augmentation 51,5 % par rapport à 2016. Des résultats qui s’accompagnent également de l’expansion des investissements du groupe lesquels ont progressé de près de 20 % à 638 millions de dinars. Selon les dirigeants du groupe, « Ces résultats sont le fruit de toutes les actions menées à bien en vue d’améliorer nos performances, tout en accélérant l’exécution de notre plan d’investissement et en gardant ainsi le cap sur la consolidation de notre croissance à moyen et long terme ». Le groupe pharmaceutique qui développe une gamme de 169 produits, pointe néanmoins du doigt certaines difficultés qui pèsent selon ses dirigeants sur l’activité de l’industrie pharmaceutique en Algérie. Il est ainsi précisé que « le contexte économique et réglementaire a continué de peser sur le marché ». En cause, « les pressions » sur l’activité d’importation des produits pharmaceutiques « exercées par le ministère de la santé », en termes de quantités et de prix, ainsi que la mise en place d’un contingent quantitatif par le ministère du Commerce. Le rapport de Biopharm émet certaines objections quant aux dernières instructions promulguées par la Banque d’Algérie en matière de domiciliation bancaire pour les opérations d’importation entre octobre et décembre 2017. Celles-ci ayant rendu  obligatoire la constitution d’un provision financière de 120 % du montant de l’importation, 30 jours avant la date d’expédition de la marchandise « a eu un impact sur le besoin en fond de roulement » . Biopharm se réjouit néanmoins que l’instruction ait été annulée en janvier 2018 pour ce qui concerne les importations des produits pharmaceutiques. Enfin le rapport met en avant les pertes de change induites par la dépréciation du dinar en « l’absence de réajustement des prix des produits ». Des facteurs qui ont contribué selon Biopharm à la baisse du taux de croissance du marché du médicament de 13,8 %  entre 2012 et 2014 à 3% entre 2014 et 2016. Plus optimiste le groupe pharmaceutique rappelle que pour autant, la part de marché de la production nationale « continue d’augmenter pour atteindre 56,7% en 2017 ». Pour rappel, le groupe Biopharm a été introduit à la Bourse d’Alger  en avril 2016, à la suite d’une offre publique de vente pour une valeur de ses actions pour une valeur de plus de 6 milliards de dinars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *