Cevital vend son aciérie italienne

  Fin de partie pour le groupe Cevital en Italie. En proie à des difficultés depuis plusieurs mois et sous la menace d’une résiliation du contrat pour la reprise de l’aciérie italienne de Piombino, le groupe privé algérien s’est vu obligé par le gouvernement italien de vendre l’unité à l’Indien JSW. Les deux parties sont parvenues à un accord jeudi  en fin de soirée pour la cession des actifs d’Aferpi, filiale de Cevital qui gère l’aciérie   à JSW filiale de Saijan Jindal. Selon les médias italiens c’est au siège du ministère italien du développement économique, que les deux entreprises sont parvenues après deux jours de négociation à un cession des actifs de l’aciérie au prix de 75 millions d’euros. Une transaction qui représente une perte sèche pour le groupe Cevital qui avait injecté dans l’aciérie de Piombino pas moins de 160 millions d’euros. Il faut rappeler dans ce sens que le groupe d’Issad Rebrab proposait lors de la reprise de l’unité italienne un plan d’investissement de 400 millions d’euros pour un programme de relance des activités dans les deux ans suivant l’accord. Les difficultés de transferts de fonds entre l’Algérie et l’Italie, soumis à l’autorisation de la Banque d’Algérie, ont quelque peu contrarié les projets de l’homme d’affaires algérien. Les Italiens reprochant à Issad Rebrab de ne pas tenir ses engagements, les problèmes de Cevital ont commencé au début de l’année en cours, lorsqu’il s’est déclaré incapable de trouver les financements. Après avoir imposé une amende de 3 millions d’euros à la filiale de Cevital, Aferpi, les autorités italiennes ont décidé de bloquer les comptes bancaires de l’entreprise, ce qui a eu pour effet de suspendre le paiement des salaires de travailleurs de l’usine ainsi que le paiement de ses fournisseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *