Compétitions internationales: l’offensive de beIN sports …

Par Walid Bouâmama   Les compétitions organisées par la FIFA, qui atteignent leur apothéose à l’occasion de la coupe du monde, sont suivies par des centaines de millions de téléspectateurs à travers le monde grâce à la télévision. Cela a fait que cette compétition est devenue, par la force des choses, une véritable aubaine commerciale aussi bien pour l’instance qui gère le football mondial, à savoir la FIFA, que pour les sponsors et les chaines de télévision qui diffusent les matchs. A ce titre, l’offensive beIN Sports, filiale du groupe qatari Al-Jazzera, se poursuit au point de devenir indétrônable sur ce terrain. Après avoir raflé l’exclusivité des meilleurs championnats en Europe, le groupe qatari diffuse, depuis plusieurs années, l’intégralité des 64 matchs de la coupe du monde de football sur ses chaînes, comme ce fut le cas lors du dernier Mondial de 2014 au Brésil. La chaine française TF1, qui avait déboursé 130 millions d’euros pour les droits de retransmission de cette compétition, n’a pas finalement diffusé en exclusivité que 28 matchs dont ceux de l’équipe de France ainsi que le match d’ouverture et la finale. Pour ce qui est des prochaines années, beIN Sports et TF1 sont parvenus à arracher tous les lots mis sur le marché par la FIFA. Ainsi, le groupe qatari a acquis la diffusion de l’intégralité des deux prochaines coupes du monde prévues respectivement en 2018 en Russie et en 2022 au Qatar. De son côté, TF1 récupèrera la diffusion de 28 matchs par coupe du monde en co-diffusion avec beIN Sports. Dans le détail, la filiale du groupe Bouygues diffusera les 16 meilleures rencontres de la phase de poules, 5 huitièmes de finale, 3 quarts de finale, les deux demi-finales, la petite finale et la finale. Toutes les rencontres de l’équipe de France, en cas de qualification, seront retransmises par TF1 lors des deux compétitions. Au total, les deux diffuseurs ont déboursé au cumulé une somme avoisinant les 130 millions d’euros pour acquérir les droits de chacune des deux coupes du monde. Néanmoins, le partage des investissements entre TF1 et beIN Sports n’a pas été dévoilé par la FIFA. Selon le directeur des sports de TF1, François Pélissier, en 2014, les 28 rencontres diffusées sur cette chaine ont été suivies par 9 millions de téléspectateurs en moyenne. «Ce sont des scores absolument exceptionnels», s’est-il réjoui, ajoutant que cela «nous va très bien». En revanche, le groupe Canal+ semble être le grand perdant, dans la mesure où il n’a obtenu aucun lot concernant les deux principales compétitions internationales. A ce titre, certaines informations laissent entendre que le propriétaire de Canal +, Vincent Bolloré, serait sur le point de trouver un accord avec les dirigeants de beIN Sports pour un éventuel partenariat. L’une des principales sources d’abonnées, la fameuse offre sportive, n’est plus aussi attractive que par le passé, en raison de la concurrence venue du Qatar ces dernières années, beIN Sports lui ayant chipé les droits télé de la Liga, de la Bundesliga, de la Serie A et d’une bonne partie de la Ligue 1. Selon les mêmes sources, Vincent Bolloré aurait entrepris des démarches pour négocier un rapprochement entre sa chaîne et beIN Sports, avec deux possibilités, en l’occurrence, soit un rachat pur et simple, estimé à quelques 500 millions d’euros, ou un accord pour devenir le distributeur exécutif du groupe qatari. Cependant, si les deux chaînes deviennent partenaires, elles devraient logiquement arrêter de faire monter les enchères des droits TV en France. Sur un autre registre, beIN Sports a obtenu les droits dans leur intégralité pour l’Euro 2016 qui aura lieu en juin prochain en France. Pour sa part, TF1 aura 22 rencontres à proposer à ses téléspectateurs dont les deux premiers matches de poules de l’équipe de France, six huitièmes de finale, trois quarts de finale et la meilleure demi-finale. Elle diffusera par ailleurs quelques affiches lors du premier tour telles que Croatie - Espagne, Italie - Suède ou encore Allemagne - Ukraine. LA SURENCHÈRE CONTINUE Les droits de diffusion de l’un des meilleurs championnats européens, en l’occurrence la Premier League anglaise, pour les saisons 2016 à 2019, réparties entre Sky Sports et BT Sport, ont augmenté de 70% par rapport au dernier contrat, avec un montant de 5,1 milliards de livres (6,9 milliards d’euros), ce qui constitue déjà un record. L’opérateur historique Sky pourra diffuser en direct 126 matches sur cette période, tandis que son ambitieux rival, BT, en a obtenu 42. Ils ont conservé la proportion de matches dont ils disposaient actuellement et aucun troisième opérateur ne s’est invité dans ce partage. Cette somme faramineuse (2,3 milliards d’euros par saison) constitue un bond de 70% du montant des droits par rapport à la période 2013-2016. En moyenne, les opérateurs vont débourser 10,19 millions de livres pour pouvoir diffuser chaque match (13,71 millions d’euros). Ces montants représente le triple des droits de la Ligue 1 française (748,5 millions d’euros) et 2,25 fois les droits italiens (915 millions d’euros). Pour le directeur général de la Premier League, Richard Scudamore, Sky Sports et BT Sports ont accompli «un travail magnifique pour amener les matches aux fans et fournir des revenus qui permettent aux clubs d’investir dans le football, les installations, la formation des jeunes et de leurs communautés». W.B.    

Matchs de l’EN : Le chantage d’Al-Jazeera

Les matchs de l’équipe nationale de football continuent, depuis plusieurs années, à faire souffrir les responsables de l’ENTV qui, à chaque fois, que l’Algérie dispute un match dans le cadre des éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations ou de la coupe du monde, la chaine publique trouve beaucoup de mal à acquérir les droits de retransmission, en raison du chantage sans cesse exercé par le groupe qatari Al-Jazzera qui détient, par le biais de Bein Sports, l’exclusivité de ce genre de compétitions et, de ce fait, dicte sa loi. A ce titre, les téléspectateurs algériens ont toujours en mémoire, les images piratées, de mauvaise qualité, du match qui a opposé l’équipe algérienne à celle du Burkina-Faso le 12 octobre 2013 comptant pour le dernier tour qualificatif à la coupe du monde 2014 qui s’est déroulée au Bresil. La télévision algérienne a eu recours à ce procédé après avoir épuisé toutes les voies de recours pour acquérir les droits de retransmissions, eu égard aux conditions draconiennes imposées par Al Jazeera qui avait alors exercé un véritable chantage en exigeant des autorités algériennes l’ouverture d’un bureau à Alger pour cette chaîne et le versement d’un montant de 1,5 million de dollars au titre de ces droits. W.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *