Créances des entreprises de réalisation : l’État a payé 270 milliards de dinars

La tenue samedi de la réunion tripartite Gouvernement-UGTA- Patronat, pour la signature de la charte sociétaire sur le partenariat public-privé,  a une nouvelle fois été mise à profit par le Premier-ministre, M. Ahmed Ouyahia pour défendre la feuille de route se son gouvernement. Plus que jamais sous le feu des critiques, aussi bien des économistes que d’anciens ministres, à l’image de Chakib Khelil,  le recours à la planche à billets a été justifié par M. Ouyahia qui explique que le financement non conventionnel a permis d'atténuer les effets de la crise financière. C’est dans ce sens, qu’il explique que ce type de financements permis de payer, conformément aux instructions du Président de la République, pas moins de 270 milliards de dinars de créances détenues par les entreprises de réalisation sur l’État. Et d’ajouter que le processus est toujours en cours. Le Premier-ministre a aussi expliqué que celui-ci a aussi permis à l’État d’injecter 1.000 milliards de dinars au titre du rachat des dettes bancaires  de Sonelgaz et des titres du Trésor émis au profit de la Sonatrach. Des liquidités qui permettent, selon M. Ouyahia de consolider les capacités de crédit des banques au profit des entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *