Crise à l’APN : Bouhadja divise

Saïd Bouhadja divise l’Assemblée populaire nationale, partage les rangs du parti et celui de la famille révolutionnaire et risque de faire imploser la cohésion présidentielle. Tel est le bilan d’une semaine d’imbroglio politique dans lequel est plongée l’institution législative depuis l’annonce d’une motion de retrait de confiance du président de l’APN par ses pairs, les députés. D’un coté, des signataires, relevant, dans leur majorité, du camp pro pouvoir, contestant Saïd Bouhadja, d’un autre des députés de l’opposition, protestant contre ce « putsch » allant jusqu’à soutenir l’élu du FLN, Saïd Bouhadja. Une situation burlesque où la nature n’a plus sa place. L’opération de « demisssionage » ne fait pas l’unanimité au sein de l’ex parti unique ou des voix commencent à s’élever contre leur direction désapprouvant ce coup porté à l’un des leurs. D’anciens députés et ministres décrient ce retrait de confiance qu’ils considèrent « illégal » et « non constitutionnel », des militants de base et des mouhafadha du FLN courent au secours du président de l’APN et lui apportent publiquement leur soutien. Ils sont vite suivis par les moudjahidines et l’ONM qui se mettent de la partie pour se solidariser avec leur « soldat Ryan ». Bouhadja aura réussi à « victimiser » sa position et s’attirer beaucoup de sympathie. Les « putschistes », accusés de « rouler » pour une quelconque partie avec des desseins purement politiciens, persistent et signent. Ils décident de geler les travaux du bureau de l’APN ainsi que des commissions permanentes de l’Assemblée. Leur principale doléance est le départ du président, devenue condition sine qua non pour la reprise. Ce dernier, de son coté réfute la véracité des signatures et rejette les accusations portées à son encontre lui intimant de déposer sa démission. Bouhadja campe sur ses positions et refuse d’abdiquer attendant un signal qui tarde à venir de la présidence de la République. En attendant, l’APN est paralysée suscitant moult spéculations et lectures. Le sujet retient l’attention générale et inquiète l’opinion nationale. A moins d’un dénouement rapide, le weekend risque d’être long et plein de surprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *