Crise du BTPH : Sellal ordonne le gel du paiement des impôts et des charges sociales

Le secteur du BTPH est en crise. Et pour cause ! Au-delà de la baisse sensible des dépenses publiques liées à la construction, les entreprises du secteur font face aux retards de paiements dans le cadre de marchés publics, ce qui  a créé des difficultés de trésoreries. La question fait déjà polémique quant à la capacité des organismes publics de payer en cette période de crise. Les entreprises étrangères menacent déjà de déserter le marché algérien. Pour faire face à la situation, le gouvernement a pris une décision inédite : le Premier-ministre, M. Abdelmalek Sellal a instruit de surseoir au paiement des impôts et taxes ainsi que des charges sociales jusqu’au paiement des créances détenues par les entreprises du BTPH. En effet, dans une correspondance, le président du Forum des chefs d’entreprises, M. Ali Haddad a informé les membres de l’organisation  qu’après sa tournée dans plusieurs wilayas du pays, il a «  pris note de la situation critique que vivent les entreprises qui activent dans le secteur du BTPH du fait notamment des difficultés de trésorerie auxquelles elles sont confrontées en raison des retards de paiement enregistrés au titre des projets réalisés dans le cadre des marchés publics ». Une situation qui l’a conduit à porter ces difficultés « à la connaissance des hautes autorités et plaidé pour que des solutions urgentes ». Et c’est ainsi que le Premier-ministre a adressé une instruction « aux administrations et organismes concernés leur demandant de surseoir au paiement des impôts, taxes et cotisations sociales exigibles jusqu’au recouvrement par les entreprises liées par des contrats de réalisation de projets publics des paiements qui leur sont dus ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *