Demandes de crédits : les banques renforcent leurs contrôles

  Les banques de la place entendent renforcer leur dispositif de prévention et de contrôle contre les fausses déclarations et les fraudes lors de l’établissement de demandes de crédits par les entreprises. C’est ainsi que l’Association des banques et établissements financiers s’associent au Centre national du registre du commerce, ainsi qu’aux caisses de sécurité sociales pour la mise en place de dispositifs permettant de faciliter les déclarations des entreprises s’adressant aux banques dans le cadre d’une demande de crédit. Il faut savoir dans ce sens, qu’avant d’accorder un prêt à une entreprise, toute banque demande un certain nombre d’informations relatives à la nomenclature des activités de celles-ci ainsi que ces bilans financiers et ses bilans prévisionnels, sans oublier les éléments relatifs à sa situation par rapport aux caisses de sécurité sociale. C’est dans ce contexte que l’Abef a signé mercredi un protocole avec le CNRC, permettant aux banques d’accéder aux informations financières et commerciales des entreprises inscrites au registre de commerce et ce, via le portail électronique Sidjilcom. Selon APS, ce portail permet la consultation en ligne du répertoire national des commerçants, la base des données des actes de nantissements, la nomenclature des activités économiques soumises à inscription au registre du commerce ainsi que le fichier national des dénominations et noms commerciaux. Et d’expliquer que ce nouveau dispositif technique permet ainsi aux banques et établissements financiers d'authentifier leurs clients et de mieux contrôler leurs dossiers de financements bancaires et ainsi lutter contre les fausses déclarations et la fraude. Il s’agit aussi de réduire les délais de traitement des demandes de crédits et améliorer la qualité du service, selon les propos du président de l’Abef, M. Boualem Djebbar. Celui-ci a égalemnt précisé que l'Abef compte signer prochainement des accords avec la Caisse nationale des assurances sociales (Cnas), la Caisse nationale de sécurité de sécurité sociale des non-salariés (Casnos) et la Caisse nationale des congés payés et du chômage intempéries des secteurs du BTPH (Cacobapth) pour lui permettre d'accéder à leurs bases de données.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *