Douce Révolution…

 
Par Melissa Roumadi-Belferag
Screenshot from 2016-03-07 21-23-29

C’est la crise ! Les caisses de l’État se vident et l’horizon semble s’assombrir. Tous aux abris ! Les mauvais augures continuent de pleuvoir, à mesure que les marchés trépignent au moindre tressaillement des gisements d’or noir.

Nourris à une rente providentielle, nombre d’entre nous  refusent ce sevrage forcé, et continuent d’espérer un sursaut du baril,

histoire de continuer à vivre dans l’insouciance.

Certains craignent pour « leurs acquis » et cherchent, non seulement à les maintenir, mais à les élargir. D’autres, plus prévoyants, préfèrent placer leur butin dans des valeurs refuges plutôt inattendues. Euros, dollars et mêmes yuans, ont la cote sur

le square Port Saïd. Même l’immobilier fait grise mine, tant l’attrait du liquide a surpassé celui de la pierre. Tous ces paris spéculatifs seraient-ils pour autant  la solution à nos soucis ? Serait-on, à ce point, aveugles pour ne pas voir l’opportunité qui se cache derrière tant de malheurs ? Ou bien a-t-on tellement galvaudé ce terme pour ne pas en saisir la profondeur ?

Car la crise est une chance. Une aubaine de se défaire une fois pour toute des puits de Hassi Messaoud et de Hassi R’mel.

Une opportunité de reprendre les rênes de l’économie réelle.

L’économie se vit chaque jour, dans chacun de nos gestes.

Elle s’allonge dans le lit de nos emplois, de nos décisions, nos achats,  et nos ambitions. L’économie ne se décide pas par décret, elle se fait et elle se vit. La crise est donc l’occasion ou jamais de « réformer », non pas pour être à la mode, et pour être dans l’air du temps, mais pour opérer une révolution… mettre fin à 50 ans de rente, pour normaliser le marché et remettre les clés de l’économie entre les mains de ses véritables acteurs…nous tous, travailleurs, consommateurs et entreprises, qui pourront ainsi interagir dans le strict respect des lois édictées par un État, enfin en retrait, mais, qui assume pleinement ses missions de régulateur. La crise c’est surtout l’opportunité  de rechercher de nouveaux modèles de gouvernance, bien au-delà de simples modèles économiques.

  M.R.B.

Une pensée sur “Douce Révolution…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *