Education nationale : Un « plan Marshall » contre le redoublement

  Un "plan Marshall" sera déployé durant l’année scolaire 2017-2018 pour faire face au phénomène du redoublement des élèves, à travers notamment la formation des enseignants, a annoncé dimanche sur les ondes de la Radio nationale, la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, relevant la  faible proportion d’absentéisme parmi ces derniers lors de cette rentrée scolaire. Invité de la Radaction de la Chaîne III, l ministre a indiqué que le taux national de redoublement  est « anormalement élevé, en particulier au niveau du collège ». Tout en incombant cette situation à "l’échec de la formation", la ministre a considéré qu’"il ne peut y avoir une école de qualité qu’avec des enseignants formés et de qualité", assurant que "la formation spécialisée et la formation continue constitueront l’épine dorsale" du secteur. Il s’agira, a-t-elle détaillé, de "faire face aux difficultés rencontrées par l’élève à un moment donné" et que dans cette perspective, les enseignants seront assistés par des "guides méthodologiques" élaborés à leur intention leur permettant de prendre en charge de "manière spécifique les difficultés de l’élève". S’agissant de l’absentéisme constaté à la reprise des cours parmi le personnel encadrant, la ministre a reconnu que 4.216  enseignants n’ont pas rejoint leurs postes sur plus de 500.000 et ce, "pour des raisons multiples", soit un taux de seulement 0.7% du total, a-t-elle souligné, tout en notant que 104.000 nouveaux enseignants ont marqué leur présence. Annonçant la publication, dans deux jours, du planning scolaire lié aux examens et vacances, Mme Benghabrit est revenue sur la question de la surcharge des classes, indiquant que plusieurs mesures sont prévues pour endiguer ce phénomène qui  concerne surtout les grandes villes comme Oran,  Alger (Est) ou Boumerdès. Elle tempère cependant l’ampleur du phénomène que celui-ci ne concerne qu’un nombre « infime » d’établissements, précisant que seuls 5,67% d’établissements y sont  confrontées, particulièrement dans des communes ayant connu « une forte vitalité en matière d’habitat ». Parmi les villes dont les établissements scolaires sont confrontées à une surcharge « importante », elle cite celles d’Oran, Alger-est, Boumerdes et Sétif, en particulier, en raison, explique-telle, de la mobilité de citoyens, de  l’élévation du taux de natalité ou du redoublement « dans certaines divisions pédagogiques ». Par ailleurs, elle a révélé que sur un total de près de 27.000 établissements recensés à travers le territoire national, 53 n’ont pas ouvert leurs portes, soit 0,1% et ce, pour des raisons multiples également, dont le transfert des élèves vers de nouvelles structures conséquemment aux opérations de relogement.  
65 millions de manuels scolaires imprimés
Abordant la question du manuel scolaire, elle a fait savoir que plus 65 millions ouvrages ont été imprimés, dont 30 nouveaux titres, saluant la décision de l’Office national des publications scolaires (ONPS) de diversifier les créneaux de distribution  (établissements scolaires, librairies et salons spécialisés au niveau national). Rappelant la "gratuité" du manuel et de la cantine scolaires pour près de 3 millions d’élèves, elle a indiqué que le trousseau scolaire est offert cette année à plus de 1,3 million d’élèves et rappelé que la prime scolaire de 3.000 DA bénéficie à 2,8 millions  élèves issus de familles nécessiteuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *