Energies renouvelables : « il faut passer de la parole aux actes ! »

Le Directeur général du Centre national de développement des énergies renouvelables (CDER) a montré un certain agacement quant à l’état d’avancement des projets de réalisation de capacités de production d’électricité à partir de sources renouvelables. Lors de son passage lundi sur les ondes de la Radio nationale, le professeur Noureddine Yassaa a enjoint les responsables du secteur à passer du discours à la concrétisation des projets annoncés. Le premier responsable du CDER a ainsi regretté les retards accusés dans certains projets notamment ceux prévus dans le cadre du programme ENR de 2011 et qui tablait sur la mise en place d’une capacité de 12.000 mégawatts en solaire photovoltaïque ainsi que celui de 2015 qui table sur un doublement de ces capacités. « Il faut accélérer la mise en œuvre de ces programmes », a-t-il insisté. Et d’ajouter qu’il faudra passer à la phase opérationnelle , en associant aussi bien les groupes publics et le privé national, ainsi que les investisseurs étrangers. Pour M. Yassaa les opérateurs étrangers attendent  l’ouverture du marché pour l’installation de centrales et leur exploitation. L’invité de la radio évoque aussi les difficultés qui font obstacle au développement des sources autonomes et notamment l’absence d’un cadre juridique pour le rachat par Sonelgaz de l’électricité produite par les opérateurs, ou même les ménages et qui pourrait être injectée dans le réseau. Evoquant le thème de l’énergie produite à partir de la biomasse et des biogaz, le DG du CDER a estimé que la valorisation des déchets pourrait permettre de couvrir les besoins en électricité de 1,5 million d’habitants. Celui-ci précise que « 62 % des déchets produits en Algérie sont organiques  et putrescibles, donc valorisables en biogaz. Un milliard m3 de biogaz peut être récupéré de ces déchets, c’est l’équivalant de 2.000 gigawatts/an d'électricité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *