Financement du terrorisme : L’Algérie disposée à accueillir une conférence africaine

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a affirmé samedi à Addis-Abeba que l’Algérie "est disposée" à accueillir, en mars prochain, une conférence africaine sur le tarissement des nombreuses sources de financement du terrorisme. "Afin de porter plus loin l’action de notre continent de lutter contre le financement du terrorisme par, notamment, la prise d’otages, mon pays est disposé à accueillir, au mois de mars prochain, une conférence africaine sur le sujet", a indiqué M. Ouyahia dans son intervention à la réunion du  Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA) au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement. S’exprimant en sa qualité de représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA, M. Ouyahia a précisé que cette réunion aura pour objectif de "mobiliser l’ensemble de la communauté internationale à travers l’élaboration, par les Nations Unies, d’un protocole complémentaire à la Convention Internationale pour la répression du terrorisme de 1999 ou à la Convention internationale contre la prise d’otages de 1983".
Réforme de l’UA
 
M.Ouyahia, a pris part, dimanche à Addis-Abeba, à la session de consultations sur la question de la réforme de l’Union africaine (UA), au cours de laquelle il a exposé la vision de l’Algérie sur la question de la réforme institutionnelle de l’UA qui figure désormais parmi les principales priorités de l’action de l’Organisation continentale. Intervenant lors de cette session, tenue à huis clos avant l’ouverture solennelle du 30eme sommet des chefs d’Etat et de gouvernement (prévue en début d’après-midi), M. Ouyahia, en sa qualité de représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au sommet de l’UA, a souligné que l’Algérie "partage l’impératif d’une réforme institutionnelle et structurelle de l’UA", précisant que "le contenu de cette réforme devrait bénéficier de l’adhésion la plus large de l’ensemble des Etats membres". Dans le même ordre d’idées et concernant les aspects liés au financement de l’UA, le Premier ministre a indiqué que la mécanique financière de l’Organisation "devrait tenir compte d’un minimum d’équilibre entre l’ensemble des Etats membres et de leurs capacités économiques". Enfin, M. Ouyahia a mis l’accent en outre sur "l’importance d’une gestion consensuelle du processus de réforme, à travers notamment, une approche basée sur l’appropriation par les Etats membres et l’examen exhaustif des propositions qui y sont contenues".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *