Financement du Trésor: vers l’émission de Sukkuk dès 2018

  Le Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia a annoncé jeudi à Alger l’intégration de services financiers conformes à la chariaa au sein des banques publiques d’ici la fin de l’année en cours. Dans ses réponses  aux députés, le premier ministre a indiqué que de nouvelles mesures de la réforme bancaire porteront sur l’intégration de la finance islamique au sein des produits et services proposés par les banques publiques. Cela concernera deux banques publiques d’ici la fin de l’année dans une première étape, pour se généraliser aux quatre banques publiques restantes dès 2018. Il a également indiqué les dispositions de la loi de finances pour 2018 prévoit des dispositions pour intégrer la possibilité d’émettre des sukkuk (les obligations islamiques).  Une fois n’est pas coutume, M. Ouyahia défendra cette nouvelle orientation en s’appuyant sur le fait que l’Algérie est un pays musulman. Et arguera aussi que la finance islamique représente un enjeu financier important, dans la mesure où un pays catholique comme la France « et portant le titre de la fille aînée de l’Eglise a intégré des services de finance islamique au sein de certaines banques pour attirer les fonds du pays du Golfe ». Ouyahia a également expliqué que ces dispositions permettront de drainer en partie les fonds de l’informel, dans la mesure où certains des détenteurs de ces fonds ont la « préoccupation légitime » de respecter la charia. Et d’ajouter que ces dispositions seront accompagnées par une lutte sans merci contre l’informel et la fraude fiscale  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *