Gaz : légère hausse de la demande mondiale en 2017

La jauge sur le marché du gaz naturel est à l’optimisme.  Le ministre qatari de l’Énergie, Mohammed Saleh al-Sada a indiqué jeudi à Doha à l’ouverture des travaux du 18e Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG),  que la demande mondiale en gaz devrait encore augmenter en 2017. Le ministre qatari et président du Forum modère, cependant, son propos  en précisant que cette augmentation devrait être plus lente que ce qui a été enregistré au cours des dernières années. « La bonne nouvelle, c'est que la demande de gaz naturel a augmenté de 1,9% en 2015, soit plus que le double de 2014 », a indiqué M. Sada. Selon les propos du ministre repris par l’AFP, le FPEG « s'attend à ce que cela continue de croître l'an prochain mais à un rythme plus lent ». Bien que la réunion du FPEG soit éclipsée par la rencontre informelle de l’Opep qui doit se tenir vendredi, les plus grands exportateurs de gaz se sont attelés, à Doha, à  discuter d'"une stratégie de long terme" pour les membres de l'organisation et évaluer la réalisation des Perspectives 2040 du Forum. Le président en exercice du Forum a mis en avant le rôle prépondérant que devrait jouer le gaz sur la scène énergétique mondiale, à l’orée des engagements pris par de nombreux pays dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur la réduction des émissions de gaz à effets de serre.   Sauvegarder l’intérêt mutuel   C’est dans ce sens que Mohammed Saleh al-Sada a souligné «l’importance du Forum des principaux exportateurs de gaz qui ont un rôle important à jouer dans la satisfaction des besoins énergétiques mondiaux, dans le respect de l'environnement et en accord avec les efforts d'atténuation et d'adaptation au changement climatique ». A Doha, le ministre algérien de l’Énergie, M. Noureddine Bouterfa  a indiqué lors de son intervention aux travaux du Forum que l’Algérie soutenait la stratégie à long terme du FPEG en tant que forum mondialement reconnu et crédible qui développera et reflètera des points de vue convergents et des positions communes pour promouvoir le gaz naturel comme fuel de choix dans le mix énergétique global au vu de son caractère respectueux de l'environnement.  Selon un communiqué du ministère de l’Énergie, le ministre a affiché sa pleine conviction quant au fait « que les pays producteurs de gaz conjugueront leurs efforts et trouver les voies et moyens pour sauvegarder leurs intérêts mutuels et collectifs »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *