Gréve de la faim de Hadda Hazem : Un comité de soutien voit le jour

La Directrice du quotidien El fadjr, Hadda Hazem, entame sa septième journée de la grève de la faim. C’est en dépit de son état de santé qui se détériore chaque jour un peu plus que notre consœur qui a dû etre hospitalisée en urgence, vendredi soir, ne semble pas abdiquer. Hadda Hazem compte bien se faire entendre par les pouvoirs publics qui, eux, semblent décidés à n’écouter aucune voix. Déterminée à aller jusqu’au bout de sa contestation, Hadda Hazem estime que «le problème n’est plus celui d’El Fadjr ou de la pub donnée à El Fadjr. C’est un droit. Je ne suis pas rentière. Je n’ai pas besoin d’argent contrairement à ce que disent certains. Le citoyen a le droit d’avoir une information diversifiée. El Fadjr est différent dans sa ligne éditoriale des autres journaux arabophones. Notre journal milite pour l’ouverture sur le monde, sur les cultures et sur les peuples. Notre journal refuse de faire le marketing pour l’islam politique. Je n’accepte pas que notre journal meure, je refuse de me taire ou que quelqu’un me dicte ce que je dois dire». Le pouvoir algérien qui parait se complaire dans son autisme, écoutera-t-il, pour une fois la voix de la raison ? Pas si sûr. Car ce n’est sûrement pas les cris de détresse de la presse algérienne qui vont le faire sortir de son enfermement. Imperméables à toute complainte citoyenne, nos gouvernants semblent avoir des difficultés à communiquer avec autrui. C’est pourtant ce qui les a mené à la perte de contact avec la réalité et finir par se discréditer. La naissance, ce samedi, d’un comité de soutien à la journaliste Hadda Hazem, en marge d’un rassemblement la Maison de la presse Tahar Djaout. Ce sont des journalistes, des militants associatifs et des lecteurs qui ont pris sur eux de se déplacer en délégation, dimanche 19 novembre, dans l’espoir de rencontrer le ministre de la Communication, Djamel Kaouane. Un rassemblement est prévu, lundi 20 novembre à 11h30, à la Maison de la presse Tahar Djaout, pour rendre compte publiquement des actions menées auprès du ministère de la Communication et décider des mesures à prendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *