Hydrocarbures : des découvertes modestes et des investissements en baisse

Le P-dg de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a affirmé jeudi à Paris que l’Algérie maintiendrait son niveau des exportations de pétrole et de gaz tout en assurant la sécurité de l’approvisionnement du marché domestique. "Nous continuerons à assurer la sécurité de l'approvisionnement de notre marché domestique. Nous tenterons de maintenir et, éventuellement, d'augmenter le niveau des exportations de pétrole et de gaz" , a-t-il souligné dans son intervention au 18ème sommet international du pétrole, après avoir développé les défis et les opportunités de l’industrie des hydrocarbures en Algérie. Selon APS, le P-dG de Sonatrach a indiqué aux participants à ce sommet, constitués de ministres, de chefs d’entreprises activant dans le secteur du pétrole et du gaz, et d'experts internationaux, que l’ambition de l’Algérie est de devenir une "place attractive" pour l'industrie pétrolière internationale. Il a précisé, dans ce contexte, que Sonatrach visait à diversifier ses activités et, également, à investir de plus en plus dans les sources d'énergies renouvelables, en particulier dans l'énergie solaire dont l'Algérie en bénéficie en abondance. Par ailleurs, il a indiqué qu'en matière d’exploration et de production, Sonatrach maintiendra son plan de développement en amont, notamment dans des projets structurants pour assurer la croissance, et ce, pour un montant  d’environ 70 milliards de dollars pour la période 2017-2021, prévoyant un investissement de 8 milliards de dollars par an dans les activités d’exploration et de production. En matière d’exploration, M. Ould Kaddour a indiqué que la compagnie nationale qu'il dirige avait enregistré de bons résultats, mais que les découvertes restaient  modestes: "En moyenne, nous avons 30 découvertes de taille moyenne par an depuis 2010", a-t-il précisé, ajoutant que les réserves sont "appréciables". Les dépenses d’investissement (CAPEX) des partenaires dans l'exploration sont en baisse depuis 2010. Au total, 2,4 milliards de dollars ont été investis en partenariat pour la période 2010-2016, soit une moyenne de 300 millions de dollars/an, a-t-il expliqué, soulignant que la plupart des investissements (CAPEX) sont soutenus par Sonatrach.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *