LABEL ORIGINE ALGÉRIENNE GARANTIE : LE TAUX D’INTÉGRATION COMME CRITÈRE

Lina Djoudi     Le Forum des chefs d’entreprises (FCE) a enfin lancé sa propre certification dédiée aux produits locaux ayant un taux d’intégration d’au moins 40%. La marque du Forum baptisée « Bassma Djazairia » a été attribuée, le 25 avril dernier, à une vingtaine de produits fabriqués par 11 entreprises algériennes. Un gage de bonne qualité ou un simple label commercial ? Seuls les consommateurs en décideront. Dans un entretien accordé à CAP Algérie, M. Brahim Ben Abdessalem, vice-président du FCE et président du comité de labellisation de « Bassma Djazairia, est très clair sur l’objectif escompté par un tel label : « ce n’est pas un label qualité, ni un certificat d’origine, c’est juste une marque, une étiquette qui prouve que le produit est fabriqué chez nous et avec un taux d’intégration de 40% au minimum ». Donc, les produits certifiés « Bassma Djazairia » sont-ils, dans l’absolu, de meilleure qualité que les autres produits ? Non, réponds M. Ben Abdessalem. « C’est une démarche volontaire de l’entreprise : Elle vient, elle présente sa demande de labellisation pour un produit ou une gamme de produits qui seront soumis à l’examen de cabinets d’audit internationaux comme Vinçotte, SGF, Veritas et Tuv, et une fois validés par ces bureaux ils seront soumis à notre comité qui se chargera alors de certifier qu’ils sont bien des produits algériens à hauteur de 40% et plus », explique-t-il.   QUEL EST L’UTILITÉ D’UN TEL LABEL ?   Mais, garantir au consommateur algérien l’origine algérienne du produit qu’il achète, est-il pour autant intéressant pour le consommateur, et va-t-il contribuer à la décision d’achat ? Pour notre interlocuteur, c’est en soi même une démarche à dimensions économique et sociale qui sera non seulement au service des consommateurs mais de la croissance économique et l’emploi aussi ! Quatre objectifs sont en fait escomptés à travers « « Bassma Djazairia » : favoriser la relance de l’industrie locale et la création d’emplois, renforcer la confiance entre consommateurs et producteurs, développer l’indépendance de l’économie vis-à-vis des hydrocarbures et participer à sa diversification. Comment ?   Si, en plus des trois facteurs déterminant la consommation que sont le besoin, le budget et le rapport qualité prix, on arrive à intégrer un quatrième qui est l’origine algérienne du produit, on arrivera à financer la croissance et l’emploi en Algérie par la consommation, dira ce chef d’entreprise. Plus explicite, il argumentera en disant qu’ « acheter un produit qui coûte 100 DA, par exemple, en ayant la -certitude- que 40 DA ou 60 DA sont produits localement, incitera les consommateurs à l’acheter car ils seront sûrs qu’en achetant un tel produit, ils soutiendront l’emploi de leurs propres enfants…» D’ailleurs, soutient-il encore, en Europe comme aux USA, il existe des centaines de labels qui encouragent la production locale et les populations s’y impliquent pleinement.   LES CRITÈRES D’ÉLIGIBILITÉ   Il faut d’abord savoir que la certification «Bassma Djazairia» concerne les produits, explique à son tour Rim Aït Oumeziane, chargée de coordination de ce label au sein du FCE. Le comité de labellisation, présidé par M. Ben Abdessalem et composé d’autres experts dans la qualité, la traçabilité et le branding, reçoit uniquement les demandes de labellisation validées par l’un des organismes auditeurs retenus à cet effet, souligne-t-elle. Une fois la mention «labellisé» apposée sur le dossier du produit candidat, l’entreprise pourra s’acquitter de ses frais de labellisation, qui tournent autour de 400.000 DA/produit, selon M. Ben Abdessalem. Arrivé à cette étape, le produit est officiellement labellisé pour une durée de deux ans et l’entreprise pourra alors récupérer le logo en format électronique pour l’utiliser sur ses emballages et ses communications. Mais avant tout, l’entreprise postulante doit remplir le cahier des charges « Bassma Djazairia ». Ce cahier des charges comporte plusieurs sections dont une qui évalue la part de valeur ajoutée créée localement dans le processus de conception, fabrication et de promotion du produit. Un minimum de standards Qualité sont requis pour que le produit soit éligible au label. Ainsi, les accréditations dont dispose l’entreprise et son produit candidat, les labels de management ou de Qualité dont elle dispose (ISO 9001, ISO 14001, HACCP...) ainsi que ses certifications spécifiques (norme CE, norme TADJ...) sont recensés. Plusieurs entreprises bénéficierait déjà de ce label. Il s’agirait entre autres de Condor, Faderco, SIM, Stream System, le groupe Hasnaoui Construction ou SPS (panneaux sandwich) et Socothyd qui figurent parmi les onze entreprises ayant réussi à décrocher ce label pour leurs produits, la liste officielle devra être rendue publique durant ce mois de mai. Au total vingt produits devraient obtenir le label Origine Algérie garantie. L.D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *