LafargeHolcim Algérie exportera 5 millions de tonnes de ciment

Dans un marché du ciment qui se resserre, LafrageHolcim Algérie cherche de nouveaux relais de croissance pour ses activités.  Pour ce faire le cimentier entend miser sur quatre axes : l’export, les solutions route Ardia 600, le Geocycle, et enfin l’élargissement des ses magasins en Franchise sous l’enseigne Binastore. Serge Dubois, Directeur des relations extérieures de LafargeHolcim Algérie a présenté jeudi les résultats de la filiale du groupe pour 2017 ainsi que les ambitions pour 2018.  Car l’exercice qui commence est marquée par une transformation du marché algérien qui passe de marché en sous-capacité à marché en surcapacité. Un changement qui est loin d’être conjoncturel, mais qui s’inscrit dans la durée explique encore le représentant du cimentier Franco-suisse en Algérie. Chiffres à l’appui, M. Dubois précise que la demande sur le marché algérien est de 23 millions de tonnes/ an. Or, ajoute-il, le gouvernement algérien a entrepris des efforts afin d’augmenter les capacités de production de cimenteries algériennes et table sur une hausse de 24 millions de tonnes. La production algérienne de ciment atteindra 47 millions de tonnes de ciment en 2020, avec une surcapacité de 100 %. D’où la nécessité de changer et de chercher de nouveaux débouchés.
La bataille de l’Afrique de l’Ouest engagée
 
Le Directeur des relations extérieures du cimentier explique dans ce sens que LafrageHolcim Algérie entend d’abord se tourner vers les marchés à l’export, notamment en Afrique de l’Ouest qui est pour l’heure le seul marché qui présente une réelle opportunité.  Le cimentier a d’ailleurs opéré une première expédition de ciment vers la Gambie, en décembre 2017 et prévoit de lancer une seconde opération d’exportation vers un pays d’Afrique de l’Ouest au mois d’Avril.  Selon M. Dubois l’entreprise bénéficie sur ce plan d’un sérieux atout nommé LafargeHolcim trading, une filiale du groupe spécialisée dans le trading et qui peut faire la différence sur le marché du ciment qui est un marché de Commodities (marché de matières premières). Néanmoins, l’entreprise pâtit d’un certain nombre de désavantages notamment sur le plan logistique comme l’éloignement des unités des ports et l’absence de connexion par chemin de fer qui induisent des surcoûts de l’ordre de 40 %. Il évoque aussi l’absence d’accords d’association avec les pays d’Afrique de l’Ouest qui désavantage les exportateurs de ciments algériens soumis aux droits de douanes par rapport à leurs concurrents marocains et turques. « Si on veut que l’Algérie devienne un champion sur le marché du ciment dans la région, il faut la mobilisation de tous aussi bien des opérateurs que des pouvoirs publics », estime-t-il. LafargeHolcim Algérie table aussi sur les solutions innovantes à l’image d’Ardia 600 basée sur l’usage du béton compacté routier pour la stabilisation des sols lors la réalisation et la rénovation des routes, les plateformes portuaires et aéroportuaires. L’objectif est d’écouler à terme 1,5 million de tonnes. Encore faut-il, selon M. Dubois, que les cahiers des charges prennent en considération ces solutions innovantes, appelées à remplacer les techniques traditionnelles de stabilisation des routes et qui permettent de réduire les coûts, tant financier qu’environnemental.
« Tant qu’il y’a des opportunités nous continuerons à investir »
 
LafargeHolcim qui est présente sur l’ensemble de la chaine de valeur entend également développer les solution Geocycle basées sur le recyclage des déchets ménagers, industriels, pharmaceutique…etc dans les fours de ses cimenteries, ainsi que sur le développement de son réseau de distribution de ses magasins en franchise avec l’ouverture de 10 nouveaux magasins Batistore en 2018. Il entend aussi exporter le concept vers l’ensemble de la région Mena en créant l’enseigne Binastore. Quant à la question de savoir si la surcapacité du marché du ciment freinerait les investissements du groupe en Algérie, Serge Dubois rappelle que LafargeHolcim Algérie n’est pas seulement présent dans le ciment mais aussi sur l’ensemble la chaîne. Il n’écarte pas d’ailleurs de nouvelles acquisitions dans le segment des agrégats, le mortier ou le préfabriqué. « Tant qu’il y’aura des opportunités, LafargeHolcim Algérie continuera d’investir », dira en conclusion, M. Dubois.

Une pensée sur “LafargeHolcim Algérie exportera 5 millions de tonnes de ciment

  • 16 mars 2018 à 20 h 03 min
    Permalink

    Dans la perspective de l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale(ZLEC) à partir du 21 mars 2018 (date prévue pour sa signature par le Conseil des Chefs d’États et de Gouvernements),
    La préoccupation relative à l’absence d’accord préférentiels avec les pays de l’Afrique de l’Ouest sera levée en principe.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *