L’après-Bouhadja se prépare

L’après-Bouhadja semble se dessiner. En coulisses, on parle déjà du futur tenant du perchoir du palais de Zighoud youcef. Deux noms circulent. Il s’agit du député FLN de Batna, Laib El Hadj et celui de Biskra, l'ancien ministre des Finances, Mohamed Djellab. Le plébiscite de l’un de ces deux favoris ne saurait dépasser les 15 jours comme le stipule l’article 10 du règlement intérieur de l’APN. « En cas de vacance de la présidence de l'Assemblée Populaire Nationale par suite de démission, d'incapacité ou d'incompatibilité ou de décès, il est procédé à l'élection du Président de l'Assemblée populaire nationale suivant  les mêmes modalités prévues par le présent règlement intérieur, dans un délai maximum de quinze (15) jours à compter de la déclaration de la vacance. » précise le même texte. Cependant, Saïd Bouhadja pourrait encore faire de la résistance en refusant de démissionner auquel cas cela pourrait plonger l’institution législative dans une crise sans précédent. Un gel des travaux de l’Assemblée perturbera le calendrier législatif en cette veille de présentation de la loi de Finances qui doit être adoptée légalement par les deux chambres du parlement avant la fin du mois de décembre en respectant un calendrier permettant l’examen et le débat de ladite loi de Finances. Ce coup de bluff exige, cependant, une certaine audace. D'autant qu'il s'agit de la loi de Finances pour une année charnière, celle qui sera marquée par l'élection présidentielle.

Une pensée sur “L’après-Bouhadja se prépare

  • 17 octobre 2018 à 21 h 01 min
    Permalink

    azul fellawen , inbchallah ni el-hadj laid ,ni mohamed djellab , sinon on sera un pays des handicapés , le parkinson deja ronge certains ou certaines… alors il nous un equilibre regional un type du centre , si on veut la stabilité du pays….ttanemirt ar tufat.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *