Le baril de pétrole algérien à 72 dollars en avril

  De nouvelles tensions géopolitiques surgissent et réchauffent  les marchés pétroliers lesquels inscrivent une courbe de croissance continue depuis quelques semaines. C’est dans ce contexte que le cours moyen mensuel du Sahara Blend, nom de référence du baril de pétrole algérien a enregistré au mois d’avril dernier une hausse de 8,2 %. Selon le dernier rapport de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole Opep, le cours moyen du Sahara Blend est passé de 66,69 dollars en mars à 72,13 dollars en avril, inscrivant ainsi un gain de 5,44 dollars en un mois. En glissement annuel, le cours moyen du baril de pétrole algérien a enregistré une hausse de plus de 29 % entre avril 2017 et avril 2018 en passant de 53,26 dollars à 68,74 dollars. Plus globalement, le prix moyen du panier Opep a enregistré un gain de 7 % entre les mois de mars et avril derniers pour s’établir à 68,43 dollars, le mois passé. Selon l’Opep, "le marché pétrolier a été soutenu en avril par un réveil des problèmes géopolitiques, un resserrement des stocks et une demande mondiale robuste", en référence, concernant le premier point, à l'annonce du rétablissement de sanctions américaines contre l'Iran, pays membre de l'organisation. L’organisation basée à Vienne, estime également que le désengorgement du marché pétrolier est pratiquement achevé grâce, entre autres, à l'accord de réduction de la production inspiré par l'Opep et à une forte croissance de la demande. L'Opep souligne en outre que les participants à l'accord ont réduit leur production au-delà de leurs engagements et que les autres producteurs, tels les compagnies américaines spécialisées dans le pétrole de schiste, commencent à affronter des contraintes pour leurs extractions futures. L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial et inspirateur de la politique de l'Opep, a informé le cartel qu'elle avait ramené sa production en avril à son plus bas niveau depuis l'entrée en vigueur en janvier 2017 de l'accord de plafonnement. Les stocks de pétrole des pays développés sont tombés en mars à neuf millions de barils au-dessus de leur moyenne de cinq ans, écrit l'Opep dans ce rapport. Ils dépassaient cette moyenne de 340 millions de barils en janvier 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *