Le permis à points applicable dès juillet

  L'opération de délivrance du permis de conduire biométrique devrait être entamée dès la fin janvier en cours, permettant l'entrée en vigueur dès juillet prochain du système du permis à points, a indiqué mercredi le directeur du Centre national de prévention et de sécurité routière (CNPSR), Ahmed Naït El-Hocine. "Nous avons eu un petit contretemps, mais la distribution des permis biométriques devrait avoir lieu dès la fin janvier en cours, alors que l'entrée en vigueur du système du permis à points interviendra à partir de juillet prochain", a affirmé le responsable sur les ondes de la radio nationale. Pour rappel, la confection du permis de conduire biométrique a été entamée en avril dernier alors que la mise en œuvre de la nouvelle loi relative au permis de conduire à points devait entrer en vigueur fin 2017. Soulignant que le prototype du permis de conduire biométrique "est fin prêt" et que l'opération est en phase d'essais techniques, M. Naït El-Hocine a considéré que vu "l'ampleur de ce projet et sa complexité technique", ce "petit retard" dans sa mise en œuvre est "insignifiant". Selon lui, les raisons du retard dans l'édition du permis de conduire biométrique sont essentiellement liées à l'importation des matières premières pour sa fabrication, à l'installation de la chaîne de production au niveau de l'imprimerie officielle ainsi qu'au développement des logiciels pour les puces installées sur ces supports électroniques. "Il fallait s'assurer plutôt du bon fonctionnement de ces permis avant de les distribuer", a-t-il fait valoir. Evoquant l'impact attendu de l'introduction du permis à points sur le quotidien des automobilistes, notamment le retrait immédiat du permis de conduire dans certains cas d'infraction, le même responsable a avancé que "tout le système de sanction sera revu" avec la mise place de ce type de permis, laissant place au retrait des points en cas infractions ou délits routiers. La mise en œuvre de la nouvelle loi relative au permis de conduire aura également des "incidences positives" sur la circulation et la sécurité routières, selon M. Naït El-Hocine, tels la réduction du nombre des accidents et, donc, des décès, ainsi que la baisse des pertes dues à l'insécurité routière, estimées à 100 milliards de dinars annuellement.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *