Le pétrole grimpe, porté par Trump et l’Iran

Les cours du pétrole grimpaient mardi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a à nouveau affirmé vouloir sanctionner les pays échangeant avec l'Iran, à quelques mois des mesures visant les exportations pétrolières iraniennes. Vers 14H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 74,66 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 91 cents par rapport à la clôture de lundi. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour le contrat de septembre prenait 41 cents à 69,42 dollars une heure après son ouverture. Une salve de sanctions américaines contre l'Iran est entrée en vigueur mardi, le président iranien Hassan Rohani criant à la "guerre psychologique" et écartant toute négociation sur un nouvel accord nucléaire réclamé par les États-Unis. "Quiconque faisant des affaires avec l'Iran ne fera PAS d'affaires avec les États-Unis. Je demande la PAIX MONDIALE, rien de moins", a pour sa part lancé le président américain. Si l'or noir n'est pas directement visé par cette première vague de mesures, "la réalité de futures sanctions sur les produits pétroliers fait son chemin dans les esprits", a commenté Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB. Le secteur pétrolier du troisième plus grand producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) sera directement visé à partir de novembre. Les États-Unis menacent de sanctionner les pays qui importeront du pétrole iranien à partir de cette date, mais les analystes sont divisés quant aux pays qui braveront Washington. "L'Inde, la Chine, et des pays d'Europe s'opposent aux sanctions américaines, ils pourraient continuer d'acheter à l'Iran", a supposé Fiona Cincotta, analyste chez City Index. "Il nous semble que les entreprises privées font le choix facile, en privilégiant les États-Unis plutôt que l'Iran", a pour sa part argué Bjarne Schieldrop, qui estime que "le choix est d'autant plus facile que l'Arabie saoudite et la Russie ont augmenté leur production". Les marchés prendront par ailleurs connaissance mardi après la clôture européenne des premières données sur les réserves américaines, publiées par la fédération professionnelle de l'American petroleum institute (API). Les chiffres officiels de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) seront publiés mercredi en cours de séance européenne. Les analystes tablent sur une baisse de 3 millions de barils des stocks de brut, de 2 millions de barils des stocks d'essence, et sur une hausse de un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et diesel), selon la médiane d'un consensus compilé par l'agence Bloomberg. AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *