Le prix du pétrole algérien bondit de plus de 19 % en décembre

L’accord sur la réduction de la production de pétrole des pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et des 11 plus gros producteurs non-Opep a permis un redressement net des  cours. Selon le dernier rapport mensuel de l’Organisation basée à Viennes, le cours moyen du papier Opep a gagné 8,45 dollars lors du dernier mois de l’exercice 2016, pour passer au-delà de la barre psychologique des 50 dollars. Il a gagné 19,6 % , entre novembre et décembre derniers soit la plus forte progression du panier Opep depuis mars 2011. Une tendance qui a, bien entendu, profité aux cours du baril de pétrole algérien. Selon le rapport de l’Opep, le cours mensuel moyen du Sahara Blend a gagné 8,69 dollars en un mois pour finir l’année 2016 à 53,82 dollars. C’est d’ailleurs le 3e pétrole le mieux coté du panier Opep après le Bonny Light du Nigeria et le Murban d’Abu Dhabi. Le Sahara Blend ainsi, 19,3 % entre novembre et décembre. Il faut cependant modérer cet optimisme dans la mesure où les variations en glissements annuel démontrent des pertes sèches pour le baril de pétrole algérien. Celui-ci est passé d’un cours moyen annuel de 52,79 dollars en 2015 à 44, 28 dollars en 2016, soit un déclin de 16%.    La pire année depuis 2004 Plus globalement, le cours moyen du panier Opep a perdu 17, 6 % pour s’établir à 40,76 dollars atteignant un plus bas depuis 2004. Autrement-dit, l’année 2016 est la pire année pour les producteurs de pétrole, l’Opep en tête, depuis plus d’une décennie. Au volet des perspectives, l’Opep prévoit des marchés moins encombrés en matière d’offres en 2017 et ce, grâce à l’accord sur la réduction de la production. Selon les chiffres du cartel, la production totale de brut de l'OPEP a chuté de 221.000 barils par jour à 33,1 millions de barils par jour en décembre par rapport à novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *