Le syndrome islandais…

Screenshot from 2016-03-07 21-23-29

  De Melissa Roumadi-Belferag   La crise est bien là et ses effets commencent à se faire ressentir. Jusqu’à aujourd’hui,  l’épargne cumulée durant une décennie dans le Fonds de régulation des recettes, permettait aux Algériens de passer outre le krach pétrolier. Ils pouvaient encore ne pas regarder les choses en face. Espérer, dans une fuite en avant frénétique, un redressement miraculeux des cours du brut. Or, dans cette hystérie collective, nous avons consommé notre bas de laine sans pour autant trouver de véritables solutions. La marge de manœuvre rétrécit, à mesure que l’épargne fond comme neige au soleil. Les réactions à cette réalité nouvelle pour certains, sont plus susceptibles de refléter l’affolement que des réponses réfléchies.  On taxe un peu plus les ménages, et on opère une cure d’austérité  qu’on refuse d’assumer. Un peu de courage aiderait pourtant à faire passer la pilule et apporter un peu de cohérence, non seulement dans le discours ambiant, mais aussi dans les solutions à la crise, si l’on veut éviter de retomber dans les errements du passé. Encore faut-il arrêter de s’accrocher à quelques économies dont l’Algérie peut encore disposer et commencer à réformer un système économique sclérosé et qui a définitivement atteint ses limites.  Le débat stérile à propos du niveau des réserves de changes, démontre bien que nous ne sommes pas prêts à passer le cap et que nous sommes incapables de développer une vision d’ensemble. Il est vrai que l’on nous propose un nouveau modèle de croissance économique. On peine cependant à en définir les contours et à le traduire en politiques concrètes. On compte aussi sur la contribution d’un privé national, qui a longtemps bénéficié des bienfaits de la mamelle, pour sauver un tant soit peu les meubles, et relancer l’activité économique.  Or, force est de constater, que le sauveur est lui-même otage de cette hystérie dans laquelle nous nous sommes tous emmurés. La signature récente d’un accord entre le Forum des chefs d’entreprises et le Washington Post pour la production d’un rapport devant promouvoir la destination Algérie en est le symptôme le plus récent. L’opportunité d’une telle extravagance en période de crise est sujette à équivoque. Bien que toute publicité vantant les mérites de la destination Algérie soit la bienvenue, choisir le Washington Post pour cela laisse pantois. Le Washington Post c’est le Watergate. C’est surtout la bible des lobbyistes de la capitale de l’Oncle Sam et des courtisans gravitant autour du Capitol.  Pourtant, l’objectif annoncé pour la signature de l’accord est d’attirer les investisseurs, lesquels sont plus enclins à se référer à des publications, comme le Wall Street Journal, le Financial Times, ou bien The Economist. Cet accord semble aussi démontrer l’indigence d’un secteur privé national qui oublie que la meilleure publicité pour un pays est les succès de ses opérateurs économiques, aussi bien sur le marché national qu’international. Enfin cet accord rappelle, d’une bien étrange manière, un autre rapport. Celui commandé par la Chambre de commerce islandaise à l’un des pontes de l’administration Bush pour vanter la stabilité financière dans ce petit pays de l’arc polaire, quelques mois avant que celui-ci ne fasse faillite. Serions-nous atteints d’un nouveau syndrome… islandais ? M.R.B.

2 pensées sur “Le syndrome islandais…

  • 27 septembre 2016 à 15 h 16 min
    Permalink

    Madame,

    Qu’il me soit permis de vous adresser mes vives félicitations, non seulement pour avoir sauté le pas et créée votre propre entreprise, mais aussi et surtout pour votre ligne éditoriale.

    Je vois que vous n’avez pas choisi la facilité. J’admire le courage et vous souhaite beaucoup de succès.

    Permettez moi enfin de reprendre le mots de Monsieur A. Einstein:

    « Ceux qui ont le privilège de savoir ont le devoir d’agir ».

    Cordialement, Brahim CHAHED.

    Répondre
  • 12 septembre 2016 à 7 h 19 min
    Permalink

    I seriously love your site.. Pleasant colors & theme.

    Did you make this amazing site yourself?

    Please reply back as I’m hoping to create my very own website and
    would like to know where you got this from or just what the theme is named.
    Cheers!

    my web-site Chrinstine http://yahoo.co.uk

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *