Les prescriptions de Dr Ould Abbès à tous les maux sociaux

  Djamel Ould Abbes qui s’est déplacé, samedi, à M’sila dans un cadre partisan s’est exprimé lors d’une conférence de presse sur la situation qui prévaut sur le front social. Le chef de file du vieux parti unique semble serein et avoir réponse à tous les problèmes qui minent la vie sociale. Des cas des harraga, jusqu’à la grève des praticiens de la santé en passant par celle du personnel navigant commercial (PNC) d’Air Algérie, seraient, sereinement, traités par Ould Abbes. Interrogé, il dira à propos des harraga que lorsqu’il était ministre de la Solidarité, il a pu régler ce phénomène qui s’étendait à l’ouest du pays, « … (…) à Frenda et Relizane, en recevant les jeunes haragga et en leur octroyant des prêts ANSEJ et ANGEM pour qu’ils se détournent de l’idée de fuir le pays » et promet, dans un lapsus, de sévir contre ce phénomène, avant de se ressaisir et déclarer « lutter contre ces faits ». Au sujet de la grève qui paralyse le secteur de la santé, le Dr Ould Abbes affirme s’être entretenu avec son « collègue », le professeur Hasballaoui, ministre de la Santé à qui il a « donné son avis ». Djamel Ould Abbes avoue avoir réglé ce problème du temps qu’il était ministre de la santé durant 2012 « en recevant les médecins résidents immédiatement. Ils n’avaient alors ni de statut, ni de salaire fixe dont ils ont bénéficié par la suite avec un effet rétroactif ». Revenant à la situation actuelle, il reconnait que ces derniers médecins « ont des revendications légitimes » et préconise la méthode de revendication coréenne qui consiste à continuer à travailler tout en affichant leurs revendications en portant un bandeau. « J’ai d’ailleurs, lancé un appel à mes collègues médecins de revoir leur forme de revendication en préservant les intérêts du malade. Qu’ils se remettent au travail en affichant par exemple qu’ils sont en grève en mettant un brassard et je serai à leur coté et les soutienne », dira -t-il. A propos de la grève du personnel navigant commercial d’Air Algérie, Ould Abbes dira que c’est de la manipulation faisant référence à l’approche des élections présidentielles de 2019. D’ailleurs, il rassure à ce sujet que la paralysie escomptée n’a pas eu lieu.  « la preuve est que les gens continuent de vaquer à leur préoccupation et se déplacent à l’aise, d’ailleurs  j’ai pu faire Alger- M’Sila tranquillement ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *