Lettre ouverte d’un citoyen Algérien au Président Français

M.Emmanuel MACRON. En ma qualité de citoyen Algérien ordinaire et petit fils de Martyr, assassiné de sang froid, à la fleur de l’âge, à 35 ans, laissant derrière lui une famille, une veuve et trois enfants, le plus jeune n’avait pas un an .. Mon père. Vous n’avez probablement pas connu ça, mais beaucoup d’Algériens l’ont vécu. L’histoire est tragique et longue, ne pouvant pas la résumer en ces quelques lignes, je rentre donc dans le vif du sujet pour développer l’axe essentiel de votre visite à Alger, le 06 Décembre 2017, qui est le Conflit Mémoriel. Je ne vais pas vous parler du classique... • Reconnaissance de vos crimes contre l'humanité, en tant que représentant d'une ex puissance coloniale, commis contre les Algériens et contre l'Algérie de par vos détournements de ses ressources financières et naturelles exploitées pendant 132 ans, • Crânes de résistants Algériens, tués par le corps expéditionnaire français entre 1840-1850, qui n’ont rien à faire chez vous, détenus par le Musée de l’homme à Paris, sans oublier l'archive de la guerre... Notre archive... de Notre guerre .. qui se trouve encore chez vous... et qui n'a encore une fois rien à faire chez vous, • Les quatre "04" essais nucléaires aériens effectués au Sahara, entre 1960-1966, la première à Reggane, réalisée sur 150 Algériens vivants, ligotés à des poteaux, sacrifiés comme cobayes, exposés aux effets nucléaires et chimiques d'une bombe estimée être trois "03" fois plus puissante que celle de Hiroshima, qui a entraînée la projection de radiations sur une zone de 200/100Km, où les habitants les plus proches se trouvaient à 70Km, • Le Gros Dossier revendicateur des dédommagements, qui comprend 12 volumes, portant tous les dommages provoqués par le colonialisme français durant la période d’occupation, estimés à 8.650 Milliards francs fr, soit 1.700 Milliards $, déposé au Conseil Européen, Commission Européenne des droits de l’homme, Organisation des Nations Unies et en attente auprès de vos structures sociales depuis le 14 Mars 1994 date de dépôt, Car je ne l’attends pas de votre part, puisque seul juge de ce monde est l’histoire... Mais je vous parlerai plutôt d’un sujet qui vous tient à cœur... La Tolérance ! La tolérance, tout comme l’investissement que vous visez en Afrique, notamment en Algérie, il faut lui réunir toutes les conditions favorables pour sa croissance, parmi lesquelles : La Justice. Plus le champ de la justice s’élargit, plus la tolérance augmente, cependant, tourner la page et aller de l’avant comme vous dites, ne peut se faire qu’après "justice rendue". L’histoire est une série d’épisodes retraçant des faits passés... et ce que l’on vit aujourd’hui est la conséquence d’HIER… Les séquelles d’une profonde blessure qui ne guérit jamais dans l’impunité dont jouit votre pays, depuis ses crimes de guerre hier à sa complicité et sa protection par le silence de nos voleurs, corrompus aujourd’hui. Des voleurs qui ne cessent de transférer des deniers publics, pour remplir leurs comptes bancaires, tout en alimentant vos banques, afin de se procurer des biens, des appartements luxueux chez vous, sur le dos du peuple et sous vos yeux, sans leur demander d’où vient cet argent, comme vous l’aurez sûrement fait avec le moindre centime acquit par un citoyen français... La France, étant de par son silence, le vivier des corrompus algériens, je vous le dis, aujourd'hui à mon tour, gentiment… Oui et malheureusement pour vous... Le problème, comme partout d'ailleurs et particulièrement en Algérie, c’est toujours la France de par sa complicité... Et tant que les points ne sont pas mis sur les i, on n’ira nulle part et la page ne sera jamais tourné, car les bons comptes font les bons amis... Même si l’on ne peut jamais l’être avec celui qui mord la main qui le nourrit. Gloire et Honneur à nos 08 Millions de Martyrs, tombés dans le champ d’honneur au nom de la Liberté et au nom de nos valeurs. Par. Salah-Eddine SAIDI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *