Loi sur les hydroacrbures : l’appel du P-DG de la Sonatrach

Le P-DG de la Sonatrach, M.  Abdelmoumen Ould Kaddour, a appelé lundi à partir de Hassi Mssaou, à la refonte de la loi sur les hydrocarbures. Selon l’agence  de presse britannique Reuters,  le patron de la première entreprise du pays a expliqué avoir « tenu des discussions avec le gouvernement pour une révision ( de la loi sur les hydrocarbures ) afin de la rendre plus attractive pour l’investissement ». Celui-ci dira « comprendre que les taxes et le cadre règlementaire régissant l’activité d’exploration a besoin d’être changé ». Pour Reuters, la déclaration du patron de la Sonatrach est un appel pour des réformes susceptibles de susciter l’intérêt des investisseurs pour les activités d’exploration en Algérie et  l’aider à accroitre ses capacités de production et compenser le manque à gagner induit par la baisse des cours du brut et la perte de revenus en devises qui s’en est suivie. Il faut rappeler dans ce contexte que le ministre de l’Energie, M. Mustapha Guitouni a expliqué lundi à Alger que l’amendement de la loi sur les hydrocarbures état dicté par la nécessité de « s’adapter » à l’évolution  du marché. « On doit s’adapter pour attirer les investisseurs. On veut accroitre la capacité et la reconstitution des réserves », a-t-il indiqué. Le ministre avait même sous-entendu que le lancement d’un nouvel appel d’offres pour l’attribution de blocs d’exploration et de développement  nécessitait un préalable, celui de l’aménagement des dispositions fiscales et réglementaires en vigueur. Il faut dire que le P-DD de la Sonatrach a bien précisé au cours de sa visite à Hassi Messaoud que ce sont les activités d’exploration qui semblent aujourd’hui pâtir du désamour des investisseurs. Selon l’agence officielle APS, M. Oul Kadd a fait savoir que » les appels d’offres sur les champs déjà découverts ne posaient aucun problème ». A contrario, celui-ci relève que « le problème se pose plutôt au niveau de l’exploration, et c’est donc en rapport sur la nouvelle loi sur les hydrocarbures. Il faudrait revoir cette situation en vue d’attirer d’autre investissements dans le domaine de l’exploration ».
 
Des négociations avec Eni et Total
Il n’en demeure pas moins que le P-DG de la Sonatrach a tenu à mettre en avant le fait que le groupe pétrolier national continue de fructifier ses partenariats. C’est ainsi qu’il a évoqué des négociations en cours avec le groupe français Total et l’Italien Eni pour la réalisation d’importants projets, notamment dans l’optimisation de l’exploitation des gisements, la pétrochimie et la production d’énergie solaire sur les champs pétroliers et gaziers. Rappelons dans ce contexte que la Sonatrach a mis fin au début de l’année en cours à un conflit qui l’opposait à Total depuis juillet 2015. Selon APS, M. Ould Kaddour a indiqué à propos du volume des exportations de gaz que la Sonatrach exportait autour de 50 milliards de m3 par an.  Et d’ajouter que les projets de valorisation en cours et qui seront finalisés d’ici la fin de l’année 2017 ou au début de 2018, vont permettre de renforcer les capacités d’exportations. "Pour l’instant, on table sur un volume de 20 à 30 milliards de m3 additionnels par an", a-t-il précisé .  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *