L’Opep songe à prolonger l’accord sur la réduction de la production jusqu’à fin 2018

L'Opep penche en faveur d'une prolongation de neuf mois de l'accord conclu avec plusieurs autres pays, dont la Russie, pour limiter la production mondiale de pétrole, même si une telle décision pourrait être reportée au début de l'année prochaine si la croissance de la demande continue à être plus forte que prévu, selon l’agence de presse britannique Reuters qui cite des sources au sein de l’orga,isation basée à Vienne. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et 10 autres producteurs dont la Russie ont réduit leur production globale d'environ 1,8 million de barils par jour depuis le 1er janvier afin de désengorger le marché et de soutenir les cours. Cet accord est censé expirer en mars prochain. Si les progrès ont été lents au début, l'Opep est de plus en plus persuadée que cet effort est en train de porter ses fruits. Les cours sont quasiment à des plus hauts de deux ans avec la réduction des stocks, une demande mondiale vigoureuse, un ralentissement de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis et un respect globalement élevé des termes de l'accord par les différents participants. Selon Reuters, trois de ses sources ont dit que le résultat probable d'une réunion ministérielle prévue le 30 novembre à Vienne serait le maintien de ce plafonnement de la production jusque fin 2018. Une quatrième source a jugé qu'une prolongation de l'accord pour une durée de six à neuf mois serait nécessaire pour tarir complètement les excédents de stocks. "Si la croissance de la demande est très bonne, alors la décision pourrait être reportée jusqu'au début de l'année prochaine", a dit l'une des quatre sources. "Mais il y a encore une probabilité élevée qu'elle soit prise en novembre."  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *