MCA : ou vont les fonds de la Sonatrach ?

Photo NewPress
Photo NewPress
  Paradoxale est la situation du plus vieux club de football algérien. Au moment, où de nombreuses équipes de foot se débattent dans de sempiternelles difficultés financières, le Mouloudia Club d’Alger (MCA) a la chance, voire le privilège, de bénéficier du soutien de la plus grande entreprise africaine. La Sonatrach détient, en effet, 75 % des actions du Doyen. Malgré la manne financière assurée par la firme pétrolière, celui-ci ne remplit pas ses engagements envers ses joueurs. La gestion du club semble ambiguë, pour ne pas dire autre chose. Ainsi, et selon des sources concordantes, le MCA n’aurait pas versé quatre mensualités, au moins, à ses joueurs. Certains n’ont rien touché depuis l’entame de la saison, se suffisant à peine des avances, de l’ordre de deux mensualités, et que chaque joueur a reçu à la signature du contrat. Le coordinateur du club, Omar Ghrib, tente de maintenir, vaille que vaille, une certaine sérénité au sein du groupe, lui qui est connu pour être proche des joueurs et qui essaye de combler les salaires non versés par des primes intéressantes pour les matchs remportés. Des primes de matchs d’autant plus intéressantes lorsqu’il s’agit de victoires lors des derbys. Il est allé jusqu’à proposer des primes allant jusqu’à 200.000 DA pour les derbys et qu’il aurait même versé pour la Super-coupe, perdue face à l’USMA. Le fait que le Doyen joue les premiers rôles lors du championnat de cette saison demande un engagement plus poussé des dirigeants et de la Direction qui devait pourtant payer régulièrement les salaires des joueurs et des membres du staff technique. Par ailleurs, on apprend que cette situation fait que certains joueurs assignés au banc de touche et qui auraient souhaité changer d’air pour pouvoir relancer leur carrière, au sein d’autres clubs hésitent à le faire, craignant de perdre leurs droits sur les mensualités non versées. C’est le cas de l’ancien joueur du NAHD, Seddiki, qui nous a révélé qu’il souhaitait battre de nouveau le gazon avec le maillot Sang et Or. Les mensualités en retard le poussent, cependant, à tempérer ce désir, en attendant de trouver une issue qui l’arrangerait. Il faut savoir, que le club algérois sera dans l’obligation de régler ses joueurs pour ne pas tomber sous le coup de la loi et la disposition de la LFP qui permet à tout joueur n’ayant pas touché trois mensualités de prendre attache avec la Commission des litiges pour recouvrir ses droits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *