Opep : l’Algérie opposée à une hausse des quotas

    L’Algérie s’oppose à une hausse des quotas de production de pétrole des pays et de leurs alliés, la Russie en tête. Selon l’agence de presse britannique Reuters,  l’Algérie s’opposerait aux côtés du Venezuela, de l’Irak et de l’Iran, à la proposition de l’Arabie saoudite et de la Russie qui plaide pour une hausse de  300.000 à 600.000 barils/jour des quotas de production  à partir du mois de juillet prochain, dans un contexte de hausse des prix du brut. Pour les deux plus gros producteurs mondiaux de pétrole, il s’agit de répondre ainsi à la demande mondiale et compenser une baisse des extractions au Venezuela et en Libye. "La demande de pétrole augmente généralement au rythme le plus soutenu au troisième trimestre (...) Nous pourrions être confrontés à un déficit si nous ne prenons pas de mesures", a déclaré mardi à la presse Alexandre Novak, le ministre de l'Energie russe, à quelques jours d'une réunion à Vienne. "A notre avis, cela pourrait entraîner une surchauffe du marché." Il a ajouté que Moscou voulait que l'Opep et ses partenaires augmentent leur production de 1,5 million de barils par jour (bpj), assouplissant de fait leur accord de réduction des extractions. "Le problème actuel du marché pétrolier est le résultat des tensions politiques provoquées par le président américain (Donald Trump) et non pas un déséquilibre de l'offre et de la demande", a dit mardi le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zanganeh, cité par l'agence de presse iranienne Shana. Trois sources au sein de l'Opep ont rapporté à Reuters qu'une commission économique du cartel s'était réunie lundi pour étudier les perspectives du marché et qu'elle prévoyait une solide demande mondiale pour le reste de l'année. "Si l'Opep et ses alliés conservent leurs niveaux de production de mai, alors le marché pourrait afficher un déficit dans les six prochains mois", a dit l'une d'elles. Lors de la réunion de la commission, l'Algérie, l'Iran et le Venezuela ont dit leur opposition à une hausse de la production. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés décideront de son évolution lors de leur réunion les 22 et 23 juin dans la capitale autrichienne. Les Etats-Unis et la Chine, grands consommateurs de pétrole, ont invité l'organisation à augmenter ses extractions pour faire baisser les cours de l'or noir et soutenir la croissance de l'économie mondiale. La réunion ministérielle devrait être précédée jeudi par la 9ème réunion du comité conjoint de monitoring Opep et non Opep (JMMC) à Vienne. Selon un communiqué un ministère de l’Energie, les ministres membres du JMMC examineront le niveau de conformité des 24 Pays Opep et non Opep à leurs engagements pris et consignés dans la déclaration Opep non Opep du 10 décembre 2016. Pour rappel, le JMMC est composé de quatre pays membres de l'OPEP (Algérie, Arabie Saoudite, Koweït et Venezuela) et de deux pays non membres de l'OPEP (Russie et Oman). Le Président de la Conférence (UAE en 2018) assiste également aux réunions du JMMC.    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *