Passeport et CNI : Le président Bouteflika décide d’annuler toutes les augmentations des droits

  Le Président Abdelaziz Bouteflika a décidé, lors du Conseil des ministres tenu mardi, le retrait de toute augmentation de droits pour les documents administratifs. "Lors de l'examen de ce projet de loi, et en matière de relèvement de droits à acquitter sur certains documents administratifs, le président de la République a décidé le retrait de toute augmentation de droits proposée pour les documents administratifs", note un communiqué rendu public à l'issue de la réunion du Conseil des ministres tenue mardi sous la présidence du président Bouteflika. Pour rappel, des médias avaient rapporté, durant ces derniers jours, que l'avant-projet de LFC 2018 prévoyait la délivrance de la Carte nationale d'identité biométrique et d'autres documents administratifs contre un montant à débourser par leur titulaire. Ce qui avait suscité un large débat sur les réseaux sociaux et de nombreuses réactions.
  Instauration d’un droit additionnel provisoire pour les importations
Le projet de Loi de finances complémentaire 2018 propose l’instauration d’un Droit additionnel provisoire de sauvegarde en matière de commerce extérieur, a indiqué un communiqué rendu public à l'issue de la réunion du Conseil des ministres tenue mardi sous la présidence du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Ce Droit additionnel provisoire de sauvegarde, dont le taux n'a pas été précisé dans le communiqué, sera appliqué aux importations de certains produits finis qui sont actuellement soumis à la suspension provisoire à l'importation. A ce propos, le Président Bouteflika, lors de ce Conseil des ministres, a appelé les opérateurs économiques "à tirer profit de la démarche de sauvegarde temporaire que le pays a mis en place en matière de commerce extérieur pour accroitre leurs investissements et augmenter la production de biens et de services afin de satisfaire la demande locale et de diversifier les exportations du pays".  
Projets sociaux et infrastructures: 500 milliards DA en plus pour les autorisations de programme 
Le projet de la Loi de finances complémentaire de 2018 prévoit un ajout de 500 milliards DA en Autorisations de programme pour le financement notamment de projets sociaux et d'infrastructures, a indiqué un communiqué rendu public à l'issue de la réunion du Conseil des ministres tenue mardi sous la présidence du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. "Dans sa partie budgétaire, le projet de loi se limite à l'ajout d'un montant de 500 milliards DA en Autorisations de programme, sans inscription de Crédits de paiements supplémentaires", note le communiqué. Pour rappel, les Autorisations de programmes sont les montants maximum des dépenses budgétaires qui sont autorisées à être engagées pour l'exécution des projets pendant les années à venir et sont effectuées au rythme de la réalisation des travaux. Quant aux Crédits de paiements, ce sont les dépenses qui sont effectuées pendant l’année pour la couverture des engagements contractés dans le cadre de ces Autorisations de programme. Quant à l'affectation de cette nouvelle dotation de 500 milliards DA, cela "permettra de relancer une série de projets, notamment sociaux, gelés ces dernières années du fait de la tension financière sur le budget de l'Etat", explique le communiqué. Elle servira aussi à "engager de nouvelles réalisations d'infrastructures qui seront financées en concours temporaires par le Fonds national d'investissement (FNI)". Il s'agira notamment de "voies ferrées et de rocades à réaliser ou à moderniser au profit du nouveau Port centre d'El Hamdania (Cherchell) et de l'augmentation de l'exploitation des mines de phosphates, ainsi que de la modernisation du port de Annaba en liaison avec ce même projet", précise le communiqué. Commentant ce projet de loi après son adoption, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a souligné que "si le gouvernement doit maintenir une gestion prudente des ressources financières du pays, cela ne doit pas empêcher la relance des projets sociaux gelés ces dernières années, ainsi que la consolidation du réseau des infrastructures de base, surtout lorsque celle-ci sont liées à des projets économiques dont la rentabilité est établie". Pour rappel, le méga projet du Port Centre d’El Hamdania, dont les travaux de réalisation devront être entamés au cours de cette année, sera relié à des zones industrielle et logistique ainsi qu'à une pénétrante et à une voie ferrée. La réalisation de ce projet a été confiée à une société mixte de droit algérien composée du Groupe public des services portuaires et de deux compagnies chinoises que sont CSCEC (China state construction corporation) et CHEC (China harbour engineering company). Pour le financement de la première phase de ce projet, le projet de loi de finances initial de 2018 a consacré un budget de 150 milliards de DA. Par ailleurs, un Comité intersectoriel a été installé en avril dernier pour piloter le méga projet de partenariat pour l'exploitation de phosphate et le développement des industries pétrochimiques. La concrétisation de ce méga projet, appelé "CPP", s’inscrit dans la dynamique du développement économique voulue et impulsée par le président de la République, et devra permettre à l’Algérie de devenir un pôle mondial d'exportation d'engrais phosphatés et de ses dérivés.
Travaux publics-Transport: réévaluation de certains projets d'équipement 
Le Conseil des ministres, a également entendu une communication présentée par le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane, portant sur la réévaluation d'opérations d'équipements. Ces opérations, qui sont à un stade "très avancé" de réalisation, portent sur le dédoublement et la rectification de la voie ferrée entre Khemis-Miliana et El Affroun ainsi qu'entre Oued Sly et Yellel ainsi que du contournement routier de la ville de Cherchell, indique le communiqué du Conseil des ministres. Il s'agit également de la valorisation du port de Djendjen, la réalisation d'un nouveau module à l'aéroport d'Oran-Essenia ainsi que le Tramway de Ouargla. Pour rappel, couvrant un parcours d’une longueur de 9,6 km, le tramway d’Ouargla, jalonné de 16 stations, totalise 23 rames d’une capacité de 414 passagers chacune, avec une vitesse commerciale de 20,6 km/h.
Adoption de trois décrets présidentiels relatifs aux hydrocarbures
Le Conseil des ministres, a enfin adopté trois décrets présidentiels relatifs à l'exploration et à l'exploitation des hydrocarbures. Il s'agit d'un contrat portant sur l'exploitation des hydrocarbures sur le périmètre dénommé "Timimoun, Blocs 325a et 329", conclu entre l'Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft) et le consortium composé de Sonatrach, Total Algérie et CEPSA Algérie, indique le communiqué du Conseil des ministres.   En outre, le Conseil des ministres a adopté un avenant au contrat liant Sonatrach et la société espagnole CEPSA pour la recherche et l'exploitation du périmètre "Rhoude Yacoub, bloc 406a", en vue de proroger d'un maximum de 36 mois l'exploitation du périmètre concerné. Il a également adopté un avenant au contrat entre Alnaft, d'une part, et Sonatrach et ses partenaires Dragon Oil et Enel, d'autre part. Cet avenant porte sur un transfert total à titre gracieux par Enel à Dragon Oil de ses droits sur le périmètre "Tinhert Nord blocs 235B, 244b, 232b", alors que Sonatrach garde une majorité de 51%.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *