Pétrole : le Brent tombe sous les 50 dollars  

Malmené par  la reprise des forages de schiste américain et les doutes quant à une réduction plus importante de l’offre de pétrole Opep, les marchés ont croulé un peu plus sous le poids de la hausse surprise des stocks américains. Le prix du baril de Brent, pétrole de référence pour la cotation du pétrole algérien, sont même descendus, brièvement, de-dessous de la basse psychologique des 50 dollars, chose qui n’est plus arrivée depuis novembre 2016. A 14H30 GMT, le Brent a reculé à 49,71 dollars le baril et le WTIà 47,01 dollar le baril, à leur plus bas depuis fin novembre 2016. Vers 17H00 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 50,44 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 52 cents par rapport à la clôture de mardi. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 42 cents à 47,82 dollars. Selon AFP, les prix de l'or noir ont accentué leurs pertes en séance après la publication des données du Département américain de l'Energie (DoE), qui a fait état d'une hausse plus élevée que les marchés ne l'attendaient des réserves de pétrole pour la semaine achevée le 17 mars. "Les cours ont reculé alors que les réserves ont augmenté de 4,95 millions de barils par rapport à la semaine précédente, ce qui est nettement plus marqué que la hausse attendue", ont résumé les analystes de Natixis à AFP. Les analystes tablaient sur une hausse de 3 millions de barils, selon la médiane d'un consensus publié par Bloomberg, et les données de la fédération privée American Petroleum Institute (API) faisaient elles état d'une hausse de 4,5 millions de barils, ont rapporté plusieurs analystes.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *