Pour accompagner les entreprises algériennes : des filiales de banques publiques en Afrique

L’internationalisation des entreprises algériennes fait face à de nombreux obstacles, notamment l’absence de structures financières et bancaires nationales capables de les accompagner à l’international. Bien que tardive, la prise de conscience des pouvoirs publics quant à la nécessaire diversification de l’économie et l’orientation des entreprises algériennes vers les marchés internationaux, les incitent à revoir leur copie, notamment, en ce qui concerne le fonctionnement du système bancaire. Ainsi et au-delà des efforts entrepris en matière de modernisation, les autorités pensent à internationaliser les banques de la place. C’est en marge de l’ouverture du Forum africain de l’investissement que le ministre des Finances, M. Hadji Baba Ammi a annoncé que son département examine, actuellement, « la possibilité d’ouvrir des filiales de banques publiques à l’étranger ». Il s’agit plus précisément de filiales qui éliront domicile dans les pays africains. Il faut dire que l’Algérie s’éveille, enfin, à sa profondeur africaine, marché encore vierge et qui recèle des opportunités innombrables pour les entreprises algériennes. Si l’Algérie jouit d’un atout de taille, celui d’une forte aura diplomatique et d’une proximité politique avec les pays africain, les entreprises algériennes peinent à s’imposer sur ces marchés faute d’accompagnement bancaire notamment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *