Programme du gouvernement, sécurité et développement

Dr Abderrahmane MEBTOUL Professeur Des universités, expert international 
Le Premier ministre  a mis en relief  dans son discours 21 septembre 2017 les axes généraux d’un vaste programme économique. Personne n’ayant le monopole de la vérité et du nationalisme, nous aimons tous l’Algérie, cette présente et brève analyse  se veut une contribution au débat en rappelant que l’ avant-projet de loi amendant la loi sur la monnaie et le crédit, concerne,   l’article   45  qui dans sa version de 2003, stipule que « la Banque d’Algérie peut, dans les limites et suivant les conditions fixées par le Conseil de la monnaie et du crédit, intervenir sur le marché monétaire et, notamment, acheter et vendre des effets publics et des effets privés admissibles au réescompte ou aux avances ». La nouvelle mouture autorise dorénavant    la Banque d’Algérie de « prêter directement » au Trésor.
1.- En cette période difficile de tensions budgétaires, personne n’ayant le monopole de la vérité et du nationalisme, l’Algérie doit mobiliser tous ses enfants sans exclusive,  favoriser le dialogue productif, évitant les dissensions inutiles ou pouvoir, opposition et experts non organiques,  doivent contribuer au redressement national. Une croissance négative ou faible, devant être supérieur au taux de croissance démographique,  peut avoir des répercussions  tant nationales, sociales, politiques  que géostratégiques au niveau de la région. Il existe un lien dialectique entre sécurité et développement.
2.-.Dans toute économie reposant sur l’entreprise créatrice de richesses   et l’économie  de la connaissance ayant un potentiel productif, toute dévaluation entraine forcément une dynamisation des exportations hors rente. Or en Algérie  le dinar était coté à environ 5  dinars un dollar en 1974, et actuellement à 110 dinars pour un dollar  avec une dévaluation rampante. L’économie algérienne repose toujours directement et indirectement  sur la rente des hydrocarbures qui représentent avec les  dérivées plus de 97% des entrées  de   devises. Le blocage est donc d’ordre systémique. Nous devons éviter l’illusion monétaire
3.-La Banque d’Algérie  dévalue simultanément le dinar avec une accélération depuis la baisse  du cours des hydrocarbures  début juin2014,  tant par rapport  à l’euro qu’au dollar pour combler le  déficit budgétaire et permettre durant une courte période de gonfler artificiellement le Fonds de régulation des recette calculé en dinars lequel a été malgré tout  épuisé début 2017.En effet les recettes hydrocarbures sont libellées en dollars. La dévaluation du dinar permet d’augmenter artificiellement le produit de la fiscalité pétrolière. La plus grande partie des Importations se faisant en euros, la dévaluation du dinar permet de gonfler le produit des taxes et de la TVA à l’import et donc d’augmenter la fiscalité ordinaire.
4.-Il  existe une loi économique insensible  aux slogans politiques. Toute émission monétaire sans contreparties productives entraine forcément une poussée inflationniste d’autant plus que le financement non conventionnel du fait de la non convertibilité du dinar concerne la partie dinar et non la partie devises d’où l’importance de l’encadrer et de délimiter un plafond par rapport au PIB non à prix courant mais à prix constant et au ratio du déficit budgétaire année par année pour éviter une dérive inflationniste à la vénézuélienne.
5.- Il y’a deux manières pour un Etat de diminuer les revenus fixes pour faire face aux difficultés financières : soit une décision directe de réduction de X %  soit agir par l’inflation permettant une   épargne forcée  étant un impôt indirect que supporte les revenus fixes notamment les salariés et fonctionnaires.
6.-Quand un pays connaît une forte dépréciation de sa monnaie surtout pour un pays dont les  besoins des entreprises publiques et privées dépendent de l’extérieur comme l’Algérie , il y a  une poussée inflationniste en fonction de l’importance des biens importés dans la consommation nationale, de l’impact de certains biens dans la production (énergie et matières premières), de la capacité des salaires à résister aux poussées inflationnistes (état du marché du travail), des problèmes de financement des entreprises (insuffisance des crédits bancaires) qui poussent ces entreprises à augmenter leurs prix pour financer les investissements, de la politique monétaire et comme résultante l’inflation dite « importée »..
7.- Il existe une corrélation et cela  n’est pas propre à l’Algérie (cas de la dévaluation du rouble russe) entre les réserves de change via la rente des hydrocarbures et la cotation officielle du dinar à plus de 70% selon nos calculs. Mais il existe également une corrélation indirecte en plus des fluctuations du panier des  monnaies internationales auxquelles se réfère la Banque d’Algérie,  entre le taux d’inflation induit par cette cotation  et l’inflation qui pousse encore plus à la dévaluation. Pour mesurer l’impact du  taux d’inflation sur le taux de change , selon l’avis unanime des  experts financiers il faut introduire également d’autre facteurs pour comprendre la relations entre l’inflation et la valeur d’une monnaie convertible, précisant que chaque  devise a un taux d'intérêt différent  influant  sur le taux de change avec les autres devises,  les devises ayant  un fort taux d'intérêt  attirant  les investisseurs (phénomène de carry trade). L’on peur recenser les autres  facteurs suivants  ayant une influence sur le taux de change : la croissance économique, la politique monétaire,  la dette publique, la balance courante, le  statut de la devise et des  événements géopolitiques.
8.- Pour une  monnaie convertible, cela renvoie  la parité des pouvoirs d'achat (PPA), utilisée en finance internationale et  qui  constitue souvent une hypothèse de base de nombreuses théories sur les taux de change. Cette théorie est fondée sur l'idée que les taux de change devraient être fixés par rapport au prix relatif des biens de consommation entre deux pays. L'évolution du taux d'inflation d'un pays serait alors immédiatement compensée par un mouvement opposé du taux de change. Lorsque les prix augmentent dans un pays, alors la devise de ce pays devrait se déprécier pour que la parité soit rétablie. Si l’inflation   est plus forte dans un pays que dans l’autre, c’est là que l’inflation influe sur le taux de change. La devise avec le plus fort taux d’inflation va alors perdre de sa valeur et se déprécier, alors que la devise avec le plus faible taux d’inflation va elle s’apprécier
9.-Concernant le montant de la sphère informelle, l’ex ministre des finances Benkhalfa l’avait évalué  dans un entretien à une télévision privée entre 40 et 50 milliards de dollars et en 2016, l’ex premier ministre a déclaré officiellement (flach de l’APS) que le montant était  de 37milliards de dollars citant les données de la Banque d’Algérie. En septembre 2017 le premier  ministre donne un autre montant 17 milliards de dollars. Ayant eu à diriger une étude sur la sphère informelle pour l’Institut Français des Relations  Internationales IFRI ( Mebtoul- Paris France décembre 2013) nous avions recensé quatre mode de calculs, chaque mode donnant un montant différent ,avec un écart de 20/30%. Comment  dès lors expliquer l’écart énorme de 20 milliards de dollars donné par deux premiers ministres à une  année d’intervale? Comment également expliquer ce faible montant en contradiction avec la majorité des rapports de précédents gouvernements de 2000 à juin 2017 qui ont montré une faible bancarisation de l’économie ?
10.-Concernant le financement non conventionnel, évitons la comparaison avec l’Europe et surtout les Etats Unis d’Amérique  dont le dollar est une monnaie internationale qui finance le reste du monde bien qu’ayant  baissé en valeur relative avec l’entrée de l’euro, depuis la décision du président US  Nixon de décréter l’inconvertibilité du dollar vis-à-vis de l’or en 1971. Pour le cas  du Japon c’est un pays qui a une grande épargne, la dette intérieure étant couverte par cette même épargne, les Japonais ayant préféré prêter à leur Etat plutôt que d’augmenter les impôt ce qui explique la déflation. Pour le  cas de la Turquie, pays émergent,  ayant connu  par le passé  une dérive  monétaire, cette dernière a été amortie car possédant d’importantes capacités productives. Comparons pour plus d’objectivé des  cas similaires comme le Venezuela et le  Nigeria pour ne pas commettre les mêmes erreurs.
En résumé, je me félicite que ma proposition faite aux décideurs du pays depuis décembre 2014 et réitéré récemment début septembre 2017, de la création d’une commission indépendante  de suivi de l’action du gouvernement , notamment du plafond que doit consentir la Banque d’Algérie au Trésor par l’émission monétaire,  composé d’experts indépendants sous la haute autorité de la présidence de la République et non du premier ministre ne pouvant pas  être juge et partie  ait été prise en compte par les pouvoirs publics. Le Premier ministre a été certainement induit en erreur par ses conseillers pour avoir eu une positon si tranchée entre les relations inflation/taux de change ainsi que les comparaisons avec des pays (voir interviews du Pr A.Mebtoul Tribune Fr-Paris 19/09/2017-  et l’ American Herald Tribune Washinton -22/09/2017 du Pr Paul Craig Roberts pour le cas US  )  dont la structure politique et socio-économique insérée dans l’économie mondiale, forte exportation ,  une monnaie convertible   est  totalement différente de celle de l’Algérie. Le plus grand ignorant étant celui qui prétend  tout savoir  après consultation de  nombreux experts internationaux et nationaux, la conclusion est la suivante : contrairement à certaines affirmations non fondées, ignorant le fonctionnellement  du système monétaire international en mutation,  il existe une corrélation indirecte, en cas de rigidités structurelles, et sans contreparties productives , pour le financement non  conventionnel entre le taux d’inflation et la cotation d’une monnaie  et ce combinée avec  les effets  d’autres  variables et paramètres macro-économiques  et macro-sociaux internes et d’effets externes. L'Algérie souffre cruellement de prospectives en ce monde instable et turbulent avec  de profondes  mutations géostratégiques qui  s'annoncent 2017/2030. Je  souhaite  que l’ensemble des projets inscrits dans le  programme soit individualisés et que  leur mode de financement (part dinars, devises)  année par année soit clairement défini avec leurs impacts sur la trajectoire budgétaire, le  taux de croissance et le taux de l’emploi.  -

ademmebtoul@gmail.com

  •  Interview   du professeur Abderrahmane MEBTOUL Expert International au quotidien financier international  français La Tribune/Afrique.fr (Paris)  « sur la situation économique et financière de l’Algérie et ses perspectives 2020 » 19 septembre 2017
  • interview sur le financement non conventionnel télévision internationale Paris France 19/09/2017 – Africa24
  • débat 12/13h  radio publique en arabe chaîne  1 le 20/09/2017 sur le programme du gouvernement
  • Voir l’interview du  Dr Paul Craig Roberts qui a été conseiller économique du président Reagan et du sous-secrétaire du Trésor de l'administration Reagan au début des années 1980 et qui est devenu l'un des pères fondateurs des Reaganomics en particulier par sa contribution à la réforme de la «Loi de l'impôt» de 1981. à propos du cas américain  et de l'utilisation de l'argent de l'imprimerie par le gouvernement algérien American Herald Tribune 22/09/2017 qui démontre CLAIREMENT  l'importante  différence USA/Algérie concernant le financement non conventionnel

Une pensée sur “Programme du gouvernement, sécurité et développement

  • 23 septembre 2017 à 16 h 51 min
    Permalink

    Avec des économistes comme le Dr Abderrahmane MEBTOUL (Professeur des universités, expert international), l’Algérie va droit dans le mur. Cet expert a soutenu le programme deTebboune et soutient maintenant celui de Ouyahia. Pour M MEBTOUL, Tebboune n’avait pas tort et Ouyahia a raison. Ses articles sont un recueil de recettes techniques inadaptées et qui occultent complétement les ravages de la corruption, de l’économie informelle et de la légalisation du change parallèle. Cet économiste mérite un poste de conseiller auprès de Ali Haddad.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *