Projet de loi sur les hydrocarbures : pas de reconsidération de la règle 51/49

Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni a réitéré, jeudi à Alger, l'attachement des pouvoirs publics au maintien de la règle 51/49 régissant les investissements étrangers en Algérie dans le projet de loi sur les hydrocarbures, qui est en cours d'élaboration, assurant que l'objectif de ce texte de loi était de lever les obstacles entravant l'investissement local et étranger et de capter davantage d'investisseurs. "La règle 51/49 ne sera pas reconsidérée dans le projet de loi sur les hydrocarbures, en cours d'élaboration au niveau du ministère, particulièrement en ce qui concerne les champs et les grands projets à caractère de souveraineté nationale", a précisé M. Guitouni en réponse aux préoccupations des membres de la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN), lors d'une réunion consacrée à l’examen du projet de loi portant règlement budgétaire de 2015, présidée par Toufik Torech en présence du ministre des Relations avec le Parlement, Tahar Khaoua. La révision de la loi en vigueur a pour objectif de lever les obstacles administratifs à l'investissement local et étranger et capter des investisseurs et des capitaux dans ce domaine afin de garantir une production suffisante à la demande locale et à l'exportation, a -t-il soutenu, soulignant que "l'investissement dans les grands champs demeurera soumis à la règle 51/49 mais des mesures incitatives seront offertes à d'autres niveaux pour attirer des partenaires". Répondant à la question d'un membre de la Commission sur un éventuel investissement de Sonatrach dans des raffineries à l'étranger, le ministre a indiqué que "rien ne s'oppose à cela si le projet est rentable pour l'économie nationale", ajoutant que les projets de la Sonatrach à l'extérieur ne se limitent pas au raffinage du pétrole mais englobent l'exploration et la production, faisant état par la même occasion de plusieurs projets du groupe, notamment en Irak, au Pérou et en Bolivie. Dans ce contexte, le ministre a fait état de négociation avec la Libye via la Sonelgaz pour l'exportation du surplus de production d'électricité. Concernant l'exploitation du gaz de schiste, le ministre a affirmé que tout ce qui a été fait à ce jour entrait dans le cadre de l'évaluation des réserves nationales et qu'aucun projet d'exploitation n'a été lancé, précisant que l'exploitation ne pourrait pas commencer avant une dizaine d'années. Guitouni a souligné que les techniques utilisées en matière d'exploitation du gaz de schiste avaient fait leurs preuves à travers le monde sans présenter de danger pour la nature ou les eaux souterraines. Pour ce qui est de l'augmentation des prix de l'électricité, le ministre a souligné qu'il était impératif d'aller vers les prix réels de cette énergie sans affecter les classes moyennes, précisant que l'augmentation des prix touchera les grands consommateurs, ce qui permettra de généraliser la culture de l'économie d'énergie, a-t-il dit. Les prix de l'électricité dans le secteur agricole continueront à être subventionnés, a-t-il assuré.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *