Sahara Blend : le baril gagne 7 % en août

La baisse de l’offre de pétrole des pays de l’Opep et de leurs partenaires non Opep semble bénéficier aux cours du brut qui se sont redressé au cours des dernières semaines. Selon le dernier rapport de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole le prix du panier de référence Opec a gagné plus de 6% au cours du mois d’août. Le Sahara Blend, nom de référence du baril de pétrole algérien, a bondi de 7 % au cours de la même période. Celui-ci est passé d’un cours moyen mensuel de 47,96 dollars en juillet à 51,31 dollars au mois d’août, en gagnant 3,35 dollars en un mois. En glissement annuel, le baril de pétrole algérien a gagné près de 9 dollars en passant de d’un cours moyen de 41,99 dollars en août 2016 à un 50,97 dollars une année plus tard, soit une hausse de près de 21,4 %. Il est vrai que le recul de la production de pétrole profite aux marchés. Selon le rapport de l’Opep, la production de brut du cartel basé à Viennes a atteint 32,755 millions de barils par jour (mbj) en août contre 32,834 en juillet. Le Nigeria, qui est exempté de l'accord de limitation de la production en vigueur, a vu sa production augmenter. Elle a toutefois reculé en Libye, pourtant également exemptée de ces limitations, tout comme au Venezuela, alors que les deux pays sont touchés par de graves troubles politiques. La production a aussi décliné en Irak, notamment. L’Opep a aussi relevé de 410.000 b/j, à 32,83 mbj, l'estimation de la demande de ses clients en 2018. Elle entrevoit plusieurs signes de rééquilibrage du marché, dont une baisse des stocks, pour l'année prochaine. De son côté, l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a aussi légèrement revu en hausse mercredi sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2017. Elle anticipe une progression de la demande de 1,6 million de barils par jour (mbj) pour atteindre 97,7 mbj en 2017, soit 0,1 mbj de plus que lors de la précédente estimation en août. Elle estime cependant que la croissance pour 2018 devrait ralentir à 1,4 mbj pour atteindre 99,1 mbj (soit 0,1 mbj de plus que lors de la précédente publication), indique l'AIE dans un rapport mensuel sur le marché du pétrole. L'AIE note par ailleurs que la production mondiale a reculé en août et pour la première fois depuis avril. Des données qui donnent un nouveau souffle aux marchés. Marcredi les marchés pétroliers ouvraient en hausse à New York.  Vers 13H10 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en octobre, référence américaine du brut, gagnait 43 cents à 48,66 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *