Session dédiée à l’Algérie  au Congrès mondial du pétrole :  attirer de nouveau les  investisseurs

Le ministre de l’Energie, M. Mustapha Guitouni, a exposé aujourd’hui, à Istanbul, devant une large audience, quelques éléments de la politique énergétique dans une session dédiée à l’Algérie lors du 22ème congrès mondial de l’Energie.  Selon un communiqué du ministère de l’Energie, l’occasion a été mise à profit par M. Guitouni  pour mettre en avant les principaux atouts du domaine minier national à l’effet de susciter de nouveau l’intérêt des investisseurs.  Et si certains des partenaires de la Compagnie nationale des hydrocarbures (Sonatrach), ont par le passé affiché certaines inquiétudes par rapport au cadre règlementaire régissant les activités dans le secteur, le ministre a tenu à rassurer. Selon le communiqué du département de l’Energie, M. Guitouni  a mis en avant la volonté du Gouvernement d’œuvrer pour « rendre le cadre d’investissement plus attractif, avec l’objectif d’augmenter les réserves du pays et de soutenir la croissance de nos capacités de production sur les courts et moyens termes ». Ceci contribuera, a ajouté le Ministre, « à renforcer la croissance économique de l’Algérie, de satisfaire la demande énergétique interne en croissance soutenue et de maintenir notre rôle sur la scène énergétique internationale, en particulier en matière de commercialisation de gaz naturel ». Le ministre a par ailleurs insisté sur l’option stratégique prise par le Gouvernement de « renforcer le partenariat » et sur la nécessité de « rechercher une meilleure rentabilité par une utilisation optimale des technologies et une meilleure valorisation de nos ressources ». Le premier responsable du secteur qui a rappelé à l’assistance le « vaste domaine minier avec de larges ressources d’hydrocarbures relativement encore peu exploré » dont dispose l’Algérie, a énuméré les objectifs de la nouvelle politique du secteur. Ainsi et dans un contexte de marché tendu alimentant l’aversion au risque des compagnies pétrolière et indisant un baisse des investissements dans l’amont hydrocarbures, M. Guitouni a expliqué que la stratégie prônée actuellement par le gouvernement algérien  vise à intensifier davantage l’effort d’exploration dans les bassins matures, mais aussi dans les bassins faiblement explorés. La disponibilité de capacités de traitement et de transport non utilisées incitent à la recherche de découvertes proches qui, même de taille modeste, pourraient rapidement contribuer au relèvement des profils de production.  Il s’agit aussi d’améliorer la récupération au niveau des gisements déjà en exploitation. Il s’agit d’un objectif d’autant plus prioritaire que beaucoup de gisements sont exploités depuis environ un demi‐siècle. Ceci devrait faire bénéficier le pays des améliorations technologiques dans tous les domaines, et notamment des outils d’intégration de données et de modes de récupération adaptés.  Le ministre a aussi évoqué la nécessité d’augmenter les capacités de raffinage et de stockage des produits pétroliers pour satisfaire la demande croissante en carburants ainsi que de développer l’industrie nationale de la pétrochimie pour la valorisation sur notre territoire, des ressources gazières et des produits issus du raffinage. M. Guitouni a souligné enfin que « le partenariat, dans l’amont pétrolier et gazier, dans l’aval, et dans le domaine des services et de la construction » est déterminant pour la réalisation de ces objectifs. A cet effet, il a renouvelé l’invitation faite pour les investisseurs et industriels à venir en Algérie découvrir les opportunités qui s’offrent à eux : « nous sommes prêts et disposés à sceller des relations de partenariat équilibrés et bénéfiques pour tous, dans une approche gagnant-gagnant » a-t-il conclu avant. Pour ce qui est des perspectives du marché pétrolier le ministre a rappelé  à l’assistance l’engagement de l’Algérie de « continuer à jouer un rôle actif pour aboutir à des accords entre les pays OPEP et les pays Non OPEP participants, afin de rééquilibrer le marché » et « d’œuvrer pour un dialogue positif et constructif avec tous les pays ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *