Situation en Libye : l’Europe et les Etats-Unis « ont une responsabilité »

Le président français Emmanuel Macron a indiqué que l'Europe et les Etats-Unis ont une responsabilité sur la situation actuelle en Libye, a rapporté Le Monde dans son édition datée de samedi. "L'Europe, les Etats-Unis et quelques autres ont une responsabilité dans la situation actuelle en Libye", a-t-il déclaré au second jour de sa visite en Tunisie dans un discours devant les députés. Un discours qui n'a pas été encore transcrit par les services de l'Élysée. Pour le journal Le Monde, le président français "s'est livré à une critique sans détour – la plus vive qu'il a jusqu'alors prononcée – de l'intervention de l'OTAN, en 2011, en Libye, à laquelle la France avait participé, à l'initiative de Nicolas Sarkozy, pour mettre fin au régime de Mouammar Kadhafi". "Je n'oublie pas que plusieurs ont décidé qu'il fallait en finir avec le dirigeant libyen sans qu'il y ait pour autant de projet pour la suite", a dit M. Macron, qui passait en revue, selon le journal, les dangers sécuritaires pesant sur la Tunisie. Pour le chef d'État français, "quoi qu'on pense d'un dirigeant", cette responsabilité a consisté à "imaginer qu'on pouvait se substituer à la souveraineté d'un peuple pour décider de son futur", reconnaissant que la France, l'Europe, les Etats-Unis et d'autres pays ont plongé la Libye "dans l'anomie". "Nous avons collectivement plongé la Libye, depuis ces années, dans l'anomie, sans pouvoir régler la situation", a-t-il affirmé, relevant que "ce qui ont pensé qu'on pouvait destituer des dirigeants ici ou là, décidé ce qui était bon à des milliers de kilomètres se sont trompés". "Je pense très profondément que ceux qui croient qu'on peut régler des conflits structurants pour toute la région (monde arabe) à des milliers de kilomètres se trompent. Ceux qui pensent qu'on peut régler parfois de l'autre côté de l'Atlantique le conflit israélo-palestinien se trompent", a-t-il ajouté. Sur le terrain, des affrontements ont éclaté vendredi, opposant l'Armée libyenne à des activistes du groupe terroriste autoproclamé « État islamique » (EI/Daech) près de la ville de Zella, au centre de la Libye, entraînant la mort d'un soldat et de trois membres de Daech, indique un communiqué publié par l'unité Mradar des gardes d'installation pétrolière de l'armée. « Une patrouille de surveillance secrète de l'unité a affronté un groupe de l'EI après qu'ils aient essayé de faire exploser la gare de la compagnie pétrolière Al Waha », indique le communiqué. Un soldat de l'unité a été tué et deux autres ont été blessés, tandis que trois terroristes de l'EI ont été tués lors des affrontements, précise le communiqué. Zella, une ville du désert située dans le district de Jufra, situé à près de 650 km au sud-est de la capitale Tripoli, est l'une des régions les plus riches en pétrole du pays. Elle abrite cinq grands gisements pétroliers. Jufra est un emplacement stratégique important reliant les villes de l'ouest, de l'est et du sud de la Libye. La municipalité de Jufra est sous le contrôle de l'Armée de l'Est, dirigée par le général Khalifa Haftar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *