Subventions, emploi, fiscalité, privatisations: les promesses de Tebboune

  Le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé vendredi soir l'installation prochaine d'une commission nationale consultative pour l'examen du dossier du soutien destiné aux catégories démunies de la société, chargée de l'élaboration des lois et mesures à même de permettre le ciblage des personnes ouvrant droit au soutien de l'Etat dans le cadre des efforts visant à consacrer le caractère social de l'Etat. "Le gouvernement lancera un débat national large et approfondi visant le ciblage des personnes ouvrant droit au soutien de l'Etat", a indiqué M. Tebboune lors de la séance plénière consacrée à la réponse aux préoccupations des députés de l'Assemblée populaire nationale (APN), à l'issue du débat autour du plan d'action du gouvernement sous la présidence de M. Said Bouhadja, président de l'APN. M. Tebboune a souligné que cette mesure s'inscrivait dans le cadre des démarches intenses du gouvernement tendant à renforcer le caractère social de l'Etat, ajoutant que les conclusions de la commission nationale consultative, composée d'experts des secteurs des finances, impôts et solidarité nationale, seront présentées sous formes de projets de loi aux députés". "Le soutien de l'Etat est consacré effectivement. Les préoccupations actuelles du gouvernement s'articulent autour de la recherche de solutions pour le consolider davantage et l'orienter vers les catégories vulnérables de la société", a précisé le Premier ministre. Le Premier ministre a également fait savoir que le gouvernement poursuivra l'activation des programmes de recrutement et l'accompagnement des tous les efforts centrés sur la création davantage de PME, mettant en exergue le rôle important des dispositifs d'emploi dans l'éradication du chômage, notamment parmi les jeunes, tout en veillant à la promotion des capacités de recrutement de manière à répondre au marché du travail et à la dynamique économique que connaît le pays à tous les niveaux.  S'agissant des jeunes recrutés dans le cadre des dispositifs d'insertion socio-professionnelle, M.Tebboune a indiqué que l'Etat n'abandonnera pas cette tranche de la société, soutenant que le gouvernement a instruit le ministère des Finances en coordination avec le ministère de la Solidarité nationale de poursuivre le payement des affectations financières estimées à 5 milliards de dinars, et ce jusqu'à fin 2017. Sur le plan de la fiscalité, M Tebboune a indiqué que le e Gouvernement lancera une réflexion portant sur l'exonération des faibles revenus des impôts, alors que de nouvelles taxes et impôts devraient être imposés sur les fortunes, a indiqué vendredi soir, le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune. "Les citoyens qui sont payés à l'heure, à la journée ou ceux ayant des salaires qui n'atteignent pas les 30.000 à 35.000 DA paient leurs impôts, mais leur contribution au budget de l'Etat demeure infime, alors qu'il existe des niches d'impôts beaucoup plus importantes et qui représentent 30 à 40 fois le volume des impôts payés par les petits salaires. De ce fait, on va voir comment exonérer une partie de cette franche des faibles revenus des impôts et aller vers d'autres impôts et taxes plus importants", a souligné M. Tebboune. Le premier ministre a affirmé qu'il s'agit d'une "conviction" et "qu'il était temps pour que les fortunes apprennent à payer  les impôts". Ajoutant que c'est aux spécialistes des impôts et ceux du ministère de la solidarité nationale de définir et fixer le taux des taxes et impôts prévus, M. Tebboune a soutenu, dans ce sens, "qu'il était temps aussi pour que l'Etat revendique ses droits en matière de taxes et impôts". A cet effet, le Premier ministre a fait remarquer que l'Etat avait exonéré plusieurs projets d'investissements de taxes et d'impôts, mais "il n y a jamais eu un retour sur l'investissement, en dépit du lancement et l'entrée en production de ces projets". Par ailleurs, à une question sur l'avenir des groupes industriels publics, M. Tebboune a affirmé "qu'il n'a jamais été question de privatiser le secteur public", précisant que ces groupes qui font partie du paysage économique national "resteront et seront renforcés", en dépit de leur "faible" contribution à l'activité économique du pays. Interpellé par les journalistes sur la politique adoptée par l'ancien Gouvernement à propos de l'exonération des hommes d'affaires des taxes et des impôts, M. Tebboune a expliqué que "les choses changent d'un gouvernement à l'autre", ajoutant que "lorsque il y a une nouvelle  réorientation économique ou politique, cela ne veut pas dire que les prédécesseurs ont failli". Enfin et en ce qui concerne l’activité des chaîne de télévision privées, le Premier ministre, a annoncé la "règlementation" de l'activité des chaînes de télévision privées avant fin 2017 et leur "accréditation en tant que chaînes algériennes selon un cahier de charges "plus précis". M. Tebboune a réitéré que "la liberté d'expression est un acquis démocratique et en réponse à tout ce qui a été dit à ce sujet, le gouvernement oeuvrera à son renforcement à travers l'activation et la consolidation des autorités de régulation sur lesquelles je veillerai personnellement, ainsi qu'à l'installation du Conseil  d'éthique et de déontologie de la presse".  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *