Transport maritime : Sonatrach se positionne sur le marché des fiouls de soute

La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach compte mettre à profit l’acquisition d’une nouvelle raffinerie à Augusta pour se placer sur le marché des carburants destiné au transport maritime, plus communément nommés fiouls de soute. Selon l’agence américaine Platts S&P, le groupe pétrolier public devrait se lancer sur ce marché, à la faveur de la création d’une nouvelle société de trading en partenariat avec une grande compagnie internationale. Selon Platts, qui cite des sources de la Sonatrach, la nouvelle compagnie de trading devrait siéger à Londres. Rappelons dans ce contexte que Sonatrach dispose déjà d’une filiale de trading pour le brut, le gaz et le GPL, Sonatrach Petroleum corporation, laquelle dispose déjà d’un bureau à Londres. Dans ce sens Platts , explique que la nouvelle joint-venture sera séparée de la SPC. Celle-ci jouera d’ailleurs un rôle pour le trading de pétrole brut destiné à la raffinerie italienne de la Sonatrach, mais aussi su les marchés internationaux des carburants. L’agence américaine estime ainsi que de nombreux traders sont convaincus que Sonatrach pourrait dans ce sens jouer un rôle clé sur le marché du Blending et  des fiouls de soute. Et d’expliquer que l’Organisation maritime internationale a institué de nouvelles normes pour ce type de fiouls, dont la teneur en soufre ne devra pas dépasser les 0,5 %, dès 2020.  Platts rappelle que le brut algérien, Sahara Blend, contient généralement 0,1% de soufre et qu’en tant que brut léger le Sahar Blend est riche en naphte et en kérosène. Et d’ajouter que grâce à sa qualité, ce brut est vendu dans le monde entier, avec des cargaisons voyageant chaque mois vers des raffineries en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Pour l’agence Platts qui cite un trader sur le marché du fuel, « l'Algérie est en bonne place pour s’imposer sur le marché des fuels à 0,5% de soufre ».
BP, Total, Repsol, Shell, Chevron et Vitol sur les starting-blocks
Pour rappel, le P-DG de la Sonatrach, M. Abdelmoumene Ould Kaddourindiquait, il y’a quelques jours à l’agence Reuters que Sonatrach est en pourparlers avec des majors pétrolières et des sociétés commerciales, pour mettre en place cette joint-venture. Celui-ci avait d’ailleurs expliqué "La firme étrangère aura de petites parts dans la joint-venture commerciale". Selon Reuters, qui cite des sources de la Sonatrach, une décision sur la création de l'entreprise était attendue à la fin du mois de juillet, mais pourrait être retardée d'un mois. Selon les mêmes sources, les partenaires potentiels, qui ont eu des entretiens avec Sonatrach au cours des dernières semaines, incluent BP, Total, Royal Dutch Shell, Chevron, Repsol et Vitol. Il semble cependant, que la Sonatrach pourrait s’orienter vers un partenariat avec une compagnie pétrolière plutôt qu’avec un trader. Une compagnie pétrolière offrirait l’avantage de garantir un engagement plus solide. Il faut dire aussi que si Vitol s’est imposé comme le plus grand trader de matières premières au monde, celui-ci a le désavantage de traîner une réputation sulfureuse. Vitol a ainsi été épinglé par le Mozambique pour une affaire de surfacturation de fuel importé par ce pays d’Afrique. Le  trader a également été cité dans le scandale Pétrole contre nourriture en Irak

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *