Transports publics : une grève pour s’opposer aux bus de Tahkout

 Les transporteurs privés de voyageurs de la wilaya d'Alger ont entamé, dimanche, une grève inopinée pour protester contre la mise en service de nouveaux bus de l'Etablissement de transport  urbain et suburbain d`Alger (ETUSA). Dans une déclaration à l'APS, le président du syndicat national des transporteurs privés, Abdelkader Boucherit a indiqué que la principale revendication des grévistes consistait à mettre à l'arrêt les bus mis en service par l'ETUSA, loués auprès d'un opérateur privé pour assurer des lignes bien desservies, cela étant une concurrence inacceptable. Rappelons dans ce sens que le groupe Tahkout a remporté, au mois de novembre dernier un contrat pour l’affrètement de bus avec chauffeurs, pour le compte de l’Etusa. Le contrat porte sur la mise à la disposition de l’Etusa de 300 bus dans un premier temps,  et à terme 1 000 bus. Par ailleurs, les transporteurs grévistes réclament également l'ouverture de nouvelles lignes pour desservir les communes en manque de transport, précisant que l'ouverture de ces lignes a été gelée par le ministère de tutelle depuis deux ans. Selon M. Boucherit, le taux de suivi de la grève a atteint 80% sur un total de 4000 bus privés d'Alger. Pour sa part,  le Directeur des transports de la wilaya d’Alger, M. Rachid Ouezzane,  a indiqué à l’APS que cette grève "d'illégale". Le taux de suivi de la grève n'a pas dépassé 20%, selon le même responsable. Enfin le Directeur général de l'ETUSA a précisé que son entreprise a consolidé son réseau de transport dans le cadre d'un "appel d'offres" remporté par un opérateur privé à l'effet de renforcer les lignes vers les nouvelles cités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *