Une convention de non double-imposition entre l’Algérie et les USA

  L'Algérie a ratifié une convention intergouvernementale signée en octobre 2015 avec les Etats-Unis en vertu de laquelle elle échangera avec ce pays des informations fiscales et financières sur les ressortissants américains, indique le Journal officiel no 74. Selon l’agence de presse publique, cette convention, dont la ratification a fait l'objet d'un décret présidentiel publié par le JO, porte sur la mise en œuvre de la loi américaine FATCA (Foreign Account Tax Compliance Act) relative au "respect des obligations fiscales concernant les comptes étrangers". En vertu de cette convention, l'Algérie transmettra annuellement aux Etats-Unis et de manière "automatique" les renseignements sur tous les comptes américains déclarables aux institutions financières algériennes. Promulguée aux Etats-Unis en 2010 et entrée en vigueur le 1er juillet 2014, la loi FATCA vise la lutte contre l'évasion fiscale en dehors du territoire américain, et ce, par l'obtention d'informations sur les comptes détenus par des contribuables américains vivant à l'étranger. Une source proche du dossier a indiqué à l'APS que cette convention avec les Etats-Unis serait suivie par la conclusion prochaine d'une convention fiscale de non double imposition entre l'Algérie et les USA. La ratification de la convention FATCA, même si elle ne profite pas directement à l'Algérie du fait que le principe de réciprocité n'est pas évoqué, poursuit-elle, elle est tout de même "bénéfique pour le pays car elle l'inscrit dans la liste des pays qui collaborent dans l'effort mondial de lutte contre l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent, ce qui influe positivement sur la confiance des investisseurs étrangers".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *