Vers une augmentation des tarifs de l’eau

La crise oblige les pouvoirs publics à racler tous les fonds de tiroirs pour trouver de nouvelles ressources, mais aussi et surtout à réduire les dépenses, notamment celles-destinées aux subventions. Ainsi et après l’énergie, les ménages algériens risquent de payer plus cher leur eau en 2017. Le ministre des Ressources en eau et de l'Environnement, MAbdelkader Ouali, a, en effet, annoncé mardi à partir de Tipasa que son département réfléchissait actuellement à révision des tarifs de l’eau. Pour ce faire, il semblerait que le département de M. Ouali entend procéder de la même manière que pour l’énergie, en fixant un seuil au-delà duquel les tarifs augmenteraient. Cela permettrait ainsi de préserver « de larges couches de la société », tout en faisant payer les gros consommateurs. Le ministre a ainsi déclaré que ses « services réfléchissent sur une révision de la tarification de consommation d’eau potable" en justifiant son propos par le fait qu’il «  n’est pas admis dans la justice sociale qu’une famille modeste, dont la consommation trimestrielle ne dépasse pas une moyenne de 25M3, paye la  consommation d’une usine ou de grands abonnés ». Selon l’APS, les chiffres du ministère des Ressources en eau font ressortir un taux de 52% d’abonnés relevant de catégories sociales, et dont la consommation moyenne ne dépasse pas les 25M3 d’eau/trimestre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *