Yousfi : « les prix des véhicules vendus en Algérie seront contrôlés »

  Le ministre de l’Industrie et des Mines, M. Youcef Yousfi a indiqué lundi lors d’un point de presse en marge des Journées techniques de la Sous-traitance automobile à Alger que le gouvernement comptait contrôler les prix des véhicules montés et vendus en Algérie. Interpellé par la presse concernant les prix des véhicules commercialisés en Algérie et qui sont plus chers que ceux distribués sur d’autres marchés comme le marché européen, le ministre a d’abord expliqué que « ce n’est pas le gouvernement qui fixe les prix, mais les constructeurs automobiles ». Il précise cependant, que l’État dispose d’un pouvoir régalien de contrôle. « Nous allons surveiller les constructeurs. Ils seront désormais tenus de transmettre les prix de sortie usine et comparer les prix des véhicules vendus en Algérie avec ceux vendus en Europe », ajoute-il. Sur un autre registre, et concernant la sous-traitance automobile, le ministre a expliqué que l’objectif des pouvoirs publics algériens était de promouvoir la construction automobile et non le montage. C’est dans ce sens qu’il a expliqué que les mesures prises par le gouvernement en termes d’exonération fiscales allaient dans ce sens. C’est dans ce contexte qu’il a annoncé l’élargissement des dits avantages aux sous-traitants et équipementiers homologués.
« Il n’y a pas de liste des opérateurs agréés pour le montage »
Le ministre a également indiqué que le nouveau cahier des charges devant régir l’activité de montage et de construction automobile impose une augmentation progressive du taux d’intégration de telle sorte que les constructeurs seront tenus par leurs engagement de se tourner au fur et à mesure vers la sous-traitance, au risque de faire l’objet de sanctions. C’est à ce titre que le premier responsable du département de l’Industrie a appelé les PME industrielles de divers secteurs de saisir cette occasion pour investir dans le partenariat à l’effet de développer le tissu de sous-traitance locale. Et d’ajouter que la règle des 51/49 sera appliquée à la sous-traitance automobile. « La règle des 51/49 est appliquée en Algérie et elle sera respectée », lancera-t-il. Enfin, et concernant les constructeurs automobiles qui seraient agréés dans l’industrie de montage, Youcef Yousfi dédira certaines informations parues dans les médias concernant une liste de 40 opérateurs agréés, en affirmant qu’il « n’y a pas de liste de constructeurs agréés. Cela concerne les entreprises qui ont signé le cahier des charges et qui se sont engagées à le respecter ».  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *