L’Ambassade d’Algérie à Bruxelles dénonce  la diffusion d’une vidéo portant atteinte au Président Bouteflika

    L'ambassade d'Algérie à Bruxelles a dénoncé vendredi le "détournement inacceptable" de symboles de l'Union européenne (UE) et du siège du Parlement européen pour "attenter à l’honneur et à la dignité des institutions" algériennes. "A la suite de la publication, par une pseudo journaliste d’origine algérienne, d’une vidéo offensante attentant à l’honneur et à la dignité des institutions de la République algérienne, l’ambassade a effectué ce jour des démarches officielles pressantes auprès des responsables de différentes instances de l’Union européenne (...) pour dénoncer énergiquement le détournement inacceptable des symboles de l’UE et de l’espace réservé par le Parlement européen aux journalistes professionnels", a indiqué l'ambassade d'Algérie à Bruxelles dans un communiqué, en réaction à une vidéo postée jeudi sur les réseaux sociaux, et ou l’on voit l’ancienne journaliste de l’ENTV Leila Haddad depuis le siège du Parlement européen parler de « dérives des barons du régime ».
La journaliste Layla HADDAD parle pour la première fois à Abdelaziz Bouteflika

La journaliste Layla HADDAD parle pour la première fois à Abdelaziz Bouteflika.C'est avec spontanéité, sincérité et émotion que la Journaliste Layla HADDAD s'est adressée à Abdelaziz Bouteflika par vidéo interposée : 2 maitres-mots : Humanité et Dignité.

Publiée par Breaking TV sur jeudi 31 mai 2018
La représentation diplomatique de l'Algérie à Bruxelles a regretté que des symboles de l'UE et un siège de l'une de ses institutions aient "servi de cadre à cette misérable mise en scène qui rentre dans le cadre de ‘la feuille de route’ de cet agent invétéré de la subversion et de la sédition". Rappelant que cette ancienne correspondante de l’ENTV à Bruxelles a été congédiée à cause de son "incivisme" et de son "comportement bipolaire", l'ambassade d'Algérie à Bruxelles a déploré l'attitude de cette "pseudo-journaliste" qui a mis "servilement sa voix et sa plume mercenaires au service de puissances étrangères hostiles à l’Algérie". "Dans sa litanie de contrevérités suintant l’aigreur et la frustration, cette ancienne correspondante de l’ENTV à Bruxelles (...) a choisi, pour des considérations purement mercantiles et opportunistes, de vomir sa haine de l’Algérie, ses symboles et ses institutions", a-t-on ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *